Dubaï, nouvel eldorado des séminaires et congrès

Tourisme d'affaires

Des quartiers entiers de la ville réservés au secteur.
Plusieurs hôtels ont pour concept le tourisme d’affaires.
Les deux premiers Ibis et Novotel ont ouvert l’an dernier.
L’émirat de Dubaï n’aura plus de pétrole dans 15 ans. Sous l’autoruté de son prince héritier, Mohammad Ben Rached Al-Maktoum, Dubaï se lance depuis plusieurs années dans des projets colossaux de plusieurs milliards de dollars pour pallier le tarissement progressif de ses réserves pétrolières. Première priorité : développer le tourisme. En 1993, Dubaï attirait moins d’un million de visiteurs, un chiffre qui passait à 5 millions dix ans plus tard et qui devrait atteindre 15 millions en 2010. Les moyens déployés pour séduire cette cible sont donc convaincants : hôtels de luxe à foison, souks de l’or, promotions défiant toute concurrence… et l’émergence récente, d’une part, de zones franches créées pour les médias et les sociétés spécialisées dans l’informatique (Internet City, Dubaï Media City, « une sorte de ville dans la ville ») et, d’autre part, de diverses structures milieu et haut de gamme principalement vouées aux séminaires. Parmi elles, le Grand Hyatt Dubaï, l’établissement hôtelier le plus grand de l’émirat, possède un pavillon accolé au bâtiment principal de 674 chambres, entièrement consacré à l’organisation et au déroulement de réunions. « La plus grande salle peut accueillir jusqu’à 2 000 personnes et la seconde un millier », précise Christine Cheong, directrice marketing et communication de l’hôtel. Deux salles de bal et 11 salles de réunions (de 10 à 100 personnes) mais également 186 appartements pour les séjours longue durée et trois étages « grand club » uniquement réservés aux hommes d’affaires viennent compléter l’offre de cette unité qui affiche un taux d’occupation de 75 % pour sa première année d’exploitation. Nouvel arrivé dans ce secteur, le Novotel Dubaï a ouvert ses portes le 27 juillet dernier. A 80 % business, il est « le seul hôtel avec des standards internationaux de catégorie quatre étoiles », selon Christina Rotolo, directrice commerciale, et possède 412 chambres de type « novation », dont 13 suites, avec accès direct à Internet et huit salles de conférences d’une superficie maximum de 130 participants. Il s’agit d’un projet pilote. La direction se donne jusqu’à la fin de l’année pour savoir si elle développera ce concept en implantant de nouvelles structures. Enfin, bien que l’hôtellerie deux étoiles fasse encore aujourd’hui figure d’exception dans le paysage touristique de l’émirat, le premier Ibis de la ville a vu le jour l’an dernier… avec succès. 210 chambres identiques, deux restaurants, pas de room service, ni de salle de conférence ou de porteurs, voilà la recette de cet établissement qui affiche un insolant taux d’occupation de 96 %. A l’instar du Novotel à proximité duquel il est construit, l’Ibis Dubaï est directement relié au Dubaï World Trade Center (DWTC), qui possède en ses murs 38 salles de réunions d’une capacité de 12 000 congressistes accueillant toutes sortes d’événements : concerts, spectacles artistiques et salons, comme dernièrement l’Arabian Travel Market qui s’est déroulé du 4 au 7 mai.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *