Le salon mondial du tourisme annulé, le MICE victime collatérale du coronavirus

Tourisme d'affaires
Le salon mondial du tourisme a officiellement été annulé hier soir. © Salon mondial du tourisme

L’interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes dans un lieu confiné implique par conséquent l’annulation des salons professionnels. Dernière suppression en date : le salon mondial du tourisme, qui devait avoir lieu du 12 au 15 mars. Les grandes entreprises, elles, ont décidé de limiter les déplacements de leurs collaborateurs.

 

Les annulations vendredi dernier du salon de l’automobile à Genève et de l’ITB à Berlin avaient de quoi le laisser présager. Alors que l’épidémie de coronavirus monte en puissance en Europe, le ministère français de la santé a annoncé samedi l’annulation de tout événement réunissant plus de 5 000 personnes dans un « lieu confiné ».

 

Une décision qui a pris effet aussitôt avec l’annulation de la dernière journée du salon de l’agriculture mais aussi celle du semi-marathon de Paris, qui devait se courir hier. Le salon immobilier Mipim de Cannes, qui devait avoir lieu du 10 au 13 mars a quant à lui été reporté du 2 au 5 juin. Le salon dédié à l’industrie mondiale des composites, JEC World, programmé du 3 au 5 mars à Villepinte, est décalé du 12 au 14 mai.

 

Dans le tourisme, après l’ITB Berlin, c’est au tour du salon mondial du tourisme d’être annulé. Il devait avoir lieu la semaine prochaine. La nouvelle est tombée hier soir.

« La 45e édition du Salon Mondial du Tourisme et la 36e édition du salon Destinations Nature, prévues du 12 au 15 mars 2020, sont annulées et ce, afin de respecter les consignes des pouvoirs publics et après concertation de nos clients et partenaires », indique un communiqué publié hier soir.

« Nous savons que les exposants consacrent beaucoup de temps, de ressources et d’efforts pour participer à ses manifestations et nous regrettons de ne pouvoir les accueillir aux dates prévues », poursuit le communiqué.

 

La prochaine édition aura lieu du 18 au 21 mars 2021, il y a donc pas de report prévu.

 

Près de 380 salons déjà annulés dans le monde

 

Et le SMT est loin de faire figure d’exception. Plusieurs autres événements touristiques sont annulés comme le salon IT&CM de Shanghai, consacré au MICE. L’ITB China, version chinoise de l’ITB, est pour sa part reporté à une date qui n’est pas encore communiquée. A Singapour, l’ITBM Asia Pacific est décalé au 13 et 14 avril tout comme l’ILTM Asia Pacific, reporté du 31 mai au 3 juin.

 

Les secteurs du MICE et de l’hôtellerie vont être d’autant plus touchés que les annulations fleurissent ailleurs dans le monde. Selon la liste tenue à jour par le site Meet Expo, près de 380 salons sont désormais annulés ou reportés à travers le monde, dont 94 en Europe et 234 en Asie.

 

Le salon horloger Watches & Wonders prévu à Genève du 25 au 29 avril est annulé. Même chose pour le grand salon du jeu vidéo de San Francisco, GDC, qui sera reporté. En Allemagne, outre l’ITB, une vingtaine de salons sont annulés ou reportés, dont l’International Hotel Investment Forum, qui est décalé du 4 au 6 mai. En Italie, la liste atteint près de 70 rendez-vous, dont le salon de la plongée de Bologne, reporté du 27 au 29 novembre 2020.

 

Éviter les réunions non nécessaires

 

Le voyage d’affaires est, lui aussi, impacté par le coronavirus. Plusieurs grandes entreprises ont d’ores et déjà suspendu les déplacements de leurs collaborateurs. La banque Goldman Sachs interdit tout voyage d’affaires en Chine, en Corée du Sud et dans le Nord de l’Italie. Même décision pour Unilever et la banque italienne UniCredit. Le géant Google, qui compte un salarié de son centre de recherches de Zürich parmi les personnes infectées, suspend de son côté les voyages dans le Nord de l’Italie, en Iran, en Corée du Sud et au Japon.

 

L’Oréal et Nestlé vont encore plus loin : les deux entreprises interdisent tous les déplacements à l’étranger jusqu’à la fin du mois, et pas uniquement dans les grands foyers de l’épidémie. D’autres entreprises, à l’image de la société de consulting Ernst & Young, invitent leurs salariés à éviter les réunions non nécessaires. L’évolution de l’épidémie en France va être suivie de près par les entreprises.

 

Didier Forray et Céline Perronnet

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *