Pour les agences événementielles, la loi de 92 est un « boulet » !

Tourisme d'affaires

L’Anaé, qui représente plus de 60 agences, se félicite de la déclaration de Christine Lagarde.Le pavé jeté dans la mare lundi par la ministre de l’Economie, qui souhaite "travailler à la levée des obstacles réglementaires qui empêchent les professionnels des congrès de proposer à leur clientèle des billets d’avion et des nuits d’hôtel", fait aussi des heureux. Frédéric Bedin, le président de l’Anaé, est "ravi" et évoque une "avancée très importante qui permettrait de hisser les professionnels français au même niveau de compétitivité que leurs concurrents européens." Il parle même "d’intérêt pour l’ensemble de la profession" et de "clarification de la situation". Selon lui, en effet, beaucoup de professionnels travaillent depuis longtemps dans "l’inégalité" en réservant des billets d’avion et des chambres d’hôtels sans licence. "Il faut arrêter de préserver une loi qui est mal appliquée et qui, tel un boulet, représente un frein pour ceux qui la respecte", poursuit-il. En résumé, "c’est officialiser un comportement qui existe déjà".

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (6)

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *