737 MAX : La facture s’annonce salée pour Boeing

Transport

Boeing a annoncé la prise en compte d’un impact sur ses résultats du deuxième trimestre 2019 qui seront annoncés le 24 juillet. Les sommes provisionnées sont liées à l’augmentation des indemnisations potentielles estimées et autres concessions accordées aux clients, ainsi qu’aux conséquences de la baisse des cadences de production du 737 MAX.

 

« Boeing comptabilisera une charge après impôts de 4,9 milliards de dollars dans le cadre des indemnisations potentielles estimées et autres concessions accordées à ses clients en raison des perturbations provoquées par  l’immobilisation au sol du 737 MAX, ainsi que des retards de livraison enregistrés. Cette charge se traduira par une réduction du chiffre d’affaires et des bénéfices avant impôts de 5,6 milliards de dollars au titre du 2e trimestre » explique le constructeur dans un communiqué.

 

Si la totalité du montant estimé est comptabilisée en tant que charge au deuxième trimestre, le Groupe « prévoit que des indemnisations et autres concessions potentielles couvriront un certain nombre d’années et prendront diverses formes de valeur économique ».

 

De plus, les coûts de production du Boeing 737 estimés par Boeing ont augmenté de 1,7 milliard de dollars au deuxième trimestre, principalement en raison de la hausse des coûts associée à une baisse des cadences de production qui s’avère plus longue que prévu. L’augmentation des coûts du programme 737 réduira la marge de ce programme au deuxième trimestre et au cours des prochains trimestres.

 

Boeing explique continuer de collaborer avec les autorités de l’aviation civile pour assurer le retour en service du 737 MAX en toute sécurité, la date du retour en service commercial de l’appareil étant définie par ces autorités.

 

Dans le cadre des résultats financiers du deuxième trimestre, le Groupe s’est appuyé sur l’hypothèse selon laquelle la remise en service du 737 MAX aux États-Unis et dans d’autres pays serait validée par les autorités compétentes à partir du début du quatrième trimestre 2019.

 

Cette hypothèse reflète les meilleures estimations du Groupe à l’heure actuelle, « la date de remise en service effective pouvant différer de ces prévisions ».

 

« Nous restons pleinement concentrés sur le retour en service du 737 MAX en toute sécurité », a déclaré Dennis Muilenburg, Président-directeur général de Boeing. « Le Groupe Boeing vit une période charnière. Rien n’est plus important pour nous que la sécurité des équipages et des passagers qui prennent place à bord de nos avions. L’immobilisation au sol du 737 MAX est source de très grandes difficultés. L’impact financier comptabilisé au deuxième trimestre reflète les défis que nous devons relever actuellement et nous aide à faire face aux risques financiers à venir. »

 

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *