A Nantes, Easyjet s’attaque sérieusement au Grand Ouest

Transport
La nouvelle base d’Easyjet a été inaugurée en présence de (de gauche à droite) François Bacchetta, directeur d’Easyjet pour la France, Johan Lundgren, PDG d’Easyjet et Nicolas Notebaert, directeur général de Vinci Concessions, président de Vinci Airports

Easyjet a officiellement lancé sa 7e base française. La low-cost base désormais 3 avions à Nantes. Ce qui lui permet de mettre 2 millions de sièges sur le marché, d’enrichir son portefeuille de destinations et d’améliorer son offre existante. Objectif : 25% de parts de marché et 1,8 million de passagers à Nantes Atlantique en 2019.  

 

« Aucune autre compagnie n’a autant investi dans la connectivité des régions françaises. Onze des 27 routes que nous opérons à Nantes n’existeraient pas si nous ne les avions pas créées. Notre ambition, c’est de mettre les régions françaises au cœur de l’Europe » expliquait jeudi 4 avril François Bacchetta, le directeur d’Easyjet pour la France, lors de la cérémonie d’ouverture de 29e base européenne et 7e française d’Easyjet à Nantes.

Soigner la clientèle affaires

Nantes, Easyjet s’y pose depuis 2008 et y a déjà transporté plus de 6,5 millions de passager. Le fait d’y positionner trois Airbus A320 (186 sièges) va améliorer fortement son offre. En particulier vis-à-vis de la clientèle affaires en lui proposant des vols tôt le matin permettant des allers-retours journée, notamment avec Lyon, Nice ou Toulouse. Cette typologie de clientèle représente 20% des passagers d’Easyjet à Nantes et jusqu’à 27% sur les lignes intérieures. Or de fait, en 2019, les capacités d’Easyjet sur les lignes domestiques au départ de Nantes augmenteront de 30%.

14 nouvelles lignes

Au total, Nantes est reliée par Easyjet à Bâle-Mulhouse, Bristol, Genève, Lille, Lisbonne, Liverpool, Londres (Gatwick et Luton), Lyon, Milan, Nice, Porto et Toulouse.

La low cost en a annoncé 14 de plus : Bari, Bastia, Bilbao, Catane, Copenhague, Dubrovnik, Grenade, Héraklion, Ibiza, Marrakech, Olbia, Rome, Tel-Aviv et Ténériffe. Une liste qui montre que le marché loisir, avec des destinations à la fois soleil et city break, n’est pas oublié.

 

De belles empoignades se profilent donc à Nantes, qui est également une base où, rappelons-le, Transavia va disposer de 5 avions en 2019 et où Volotea en opère 4.

 

Objectif : 25% de parts de marché

L’objectif d’Easyjet est d’atteindre les 25% de parts de marché à Nantes cette année, soit 1,8 million de passagers transportés. Pour y arriver, la low-cost peut compter sur un atout majeur : la puissance de feu dont elle dispose de chaque côté d’une grande partie des routes qu’elle opère, en particulier lorsqu’elle relie ses bases entres elles.

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *