Accident d’avion à Istanbul : plusieurs morts, une enquête ouverte

Transport
Trois ressortissants turcs ont été tués et 179 personnes ont été blessées dans l'accident. ©Adobe Stock

Après la dislocation d’un appareil de la compagnie Pegasus mercredi soir à Istanbul, faisant 3 morts et des dizaines de blessés, une enquête a été ouverte par les autorités.

 

Y a-t-il eu négligence de la part du commandant de bord ? Les autorités turques ont ouvert jeudi une enquête pour une éventuelle « négligence » contre les deux pilotes d’un avion de ligne qui s’est disloqué mercredi en atterrissant à Istanbul faisant trois morts et des dizaines de blessés, ont rapporté les médias locaux.

 

L’enquête ouverte par le parquet d’Istanbul contre les deux pilotes porte sur une éventuelle « négligence ayant entraîné mort et blessures », a notamment indiqué la chaîne étatique TRT. Une information qui n’avait pas été confirmée directement mercredi par le bureau du procureur.

 

Un appareil brisé en trois

 

L’appareil, un Boeing 737 de la compagnie privée turque Pegasus, s’est brisé en trois et a pris feu mercredi après une sortie de piste à l’aéroport international Sabiha Gökçen, situé sur la rive asiatique d’Istanbul. L’avion, qui transportait 177 passagers et six membres d’équipage en provenance de la ville d’Izmir, dans l’ouest de la Turquie, a atterri dans de mauvaises conditions météorologiques qui pourraient être à l’origine de l’accident.

 

Trois ressortissants turcs ont été tués et 179 personnes ont été blessées dans l’accident. La partie avant du fuselage, comprenant la cabine de pilotage et les premiers rangs, s’est dissociée du reste et s’est retournée. Une seconde fracture était visible au niveau du tiers arrière de l’avion, comprenant les 10 derniers rangs et la queue de l’appareil. Le gouverneur d’Istanbul Ali Yerlikaya a indiqué que l’avion avait « glissé sur une soixantaine de mètres » après être sorti de piste, avant de « chuter d’une hauteur de 30 à 40 mètres » d’un talus.

Publié par la rédaction avec l'AFP

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *