ADP cherche un ballon d’oxygène à Roissy

Transport

La zone d’enregistrement au 2E pour rouvrir en juillet.
Une structure provisoire d’embarquement est prévue au 2C.
ADP espère que les embarras dureront moins de 2 ans.
Alors que la situation est très perturbée à Roissy depuis la fermeture complète du terminal 2 après l’effondrement d’une partie de la zone d’embarquement, René Brun, directeur général de CDG, espère réutiliser en juillet les 52 banques d’enregistrement du « 2E ». « Nous attendons les études des experts pour montrer qu’il n’y a pas de transmissions d’anomalies de la zone d’embarquement à celle d’enregistrement (…) concernant l’isthme [NDLR : qui relie les deux parties et regroupait les contrôles], il faudra attendre quelques semaines de plus », a-t-il expliqué mercredi au Quotidien du Tourisme. Et de souligner que « ce serait un ballon d’oxygène ». En cas d’avis favorable, ADP pourra repositionner au 2E un certain nombre de vols d’Air France ou de compagnies à « forte clientèle groupes », sachant qu’après avoir enregistré au 2E les passagers devront embarquer au 2C. Pour compenser la fermeture de la jetée du 2E, ADP envisage la construction en juillet d’une structure provisoire d’embarquement proche du 2C. « Il s’agit d’une salle d’embarquement pour 4 ou 5 vols, ce qui représente environ 50 % du 2E », indique René Brun. Outre ces deux mesures qui restent conditionnées à l’avis des experts, ADP entend améliorer la capacité aux terminaux 2A, 2B, 2F et 2B en augmentant le dimensionnement des postes d’inspection filtrage et le nombre de salles d’embarquement. Les travaux devraient s’achever fin juin. Quant au projet de baisser la demande par le transfert de compagnies de CDG à Orly et de CDG2 à CDG1, René Brun explique que « dans les deux cas les transporteurs traînent les pieds ». En attendant le transfert définitif de compagnies à CDG1, c’est un système de rotation qui est établi depuis l’effondrement du 2E. Après Air India et Air Tahiti Nui la semaine dernière, ADP a demandé à Air Canada de passer au terminal 1 pour ce week-end. Alors qu’il se murmure que les travaux à CDG1 pourraient être suspendus, une fois la première tranche terminée en septembre 2005, René Brun explique qu' »ADP essayera de l’éviter ». Pour ceux qui en doutaient encore, le dirigeant d’ADP rappelle que la secousse va durer longtemps. « Moins de deux ans, j’espère. » Les passagers aussi.

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *