ADP dévoile son modèle de vertiport

Transport

L’aéroport est par essence un lieu d’intermodalité, où la technologie VTOL (Vertical Take Off Landing, concernant les véhicules volants à décollage vertical, pilotés ou automatisés) peut trouver toute sa place : les liaisons ville aéroport constitueront les premiers cas d’usages, en offrant une solution de déplacement complémentaire des autres modes de transport existants pour lesquels l’aéroport est déjà un nœud de connexion majeur.

Dans un communiqué, le Groupe ADP explique que par son ADN de gestionnaire d’infrastructures aéroportuaires, souhaite jouer un rôle de catalyseur du développement de ce service, en Ile de France, grâce à son réseau d’infrastructures aéroportuaires unique en Europe. Cette ambition est également portée à l’export par le Groupe ADP au travers de son réseau composé de 24 aéroports et grâce à son expertise en termes d’études d’ingénierie, aujourd’hui tournée vers les plateformes d’accueil des VTOL appelées vertiport.

Le système aéroportuaire francilien offre en effet un avantage compétitif dans le développement de lignes périurbaines à horizon 2024, grâce à un maillage constitué de trois aéroports majeurs et dix aérodromes dont certains positionnés dans des lieux stratégiques pour accompagner l’essor de cette technologie précise le groupe.

« Dans 18 mois, un vertiport expérimental sera lancé sur l’un des 10 aérodromes du Groupe ADP, afin de tester l’ensemble des composantes de ce service : opérations au sol et en vol, équipements en termes d’énergie, de maintenance, et même le parcours des futurs passagers. Après une analyse des atouts de chaque aérodrome sur la base d’une vingtaine de critères (sécurité, accès, espace disponible, opérations et environnement urbain…), et des échanges avec nos partenaires, le lieu choisi sera annoncé à la fin de l’année » précise le groupe.

 

Le modèle de vertiport imaginé peut se décliner selon des besoins différents de capacité : un premier de capacité moyenne et un plus capacitaire et prospectif.

La solution proposée est un modèle à plateaux mobiles automatiques permettant au VTOL, lorsqu’il est posé, d’évoluer et d’accomplir les différentes fonctions grâce à un mouvement du plateau : atterrissage, débarquement passagers, maintenance, embarquement passagers, décollage :

 

  • Le VTOL éteint ses moteurs une fois posé, lui permettant d’arrêter de consommer de l’énergie et d’évoluer en toute sécurité.

 

  • L’expérience du passager en sera simplifiée : le VTOL, via le plateau qui se déplace, vient automatiquement au plus près des voyageurs qui attendent ainsi dans une zone sécurisée.

 

« Une grande attention existe sur l’objet volant, une attention au moins équivalente doit aujourd’hui être portée sur les conditions pour que naisse ce nouveau service, et son acceptabilité. C’est parce que le véhicule volant n’est qu’une nouvelle expression de l’activité aéroportuaire, que nous entendons jouer un rôle de premier plan pour le développement de la technologie VTOL à Paris, comme à l’international. Cela se fera grâce à notre modèle de vertiport modulable et au déploiement d’un démonstrateur dans 18 mois sur l’un de nos aérodromes en région parisienne » a indiqué Edward Arkwright, directeur général exécutif du Groupe ADP.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *