Aéroports : la police aux frontières fait la grève du zèle

Transport

Dans le cadre du mouvement de colère des policiers français aujourd’hui mercredi, les fonctionnaires de la police aux frontières mettent une à deux minutes pour contrôler un passeport au lieu des 15 secondes habituelles. Résultat : de longues files d’attente se sont formées aux aéroports de Roissy et d’Orly.

 

Les fonctionnaires de la PAF appliquent un contrôle scrupuleux des passeports en soutien à leurs collègues « épuisés ». Comme « les fonctionnaires passent plus de temps à contrôler les passeports, les files d’attente se sont donc allongées au terminal 1 », a indiqué une source aéroportuaire à l’AFP. « Nous voulons montrer que nous ne pouvons pas faire notre travail comme nous le devrions en période d’attentat, avec un contrôle scrupuleux des passeports, des fichiers, etc. », a encore expliqué Mathieu Raël, secrétaire général adjoint du syndicat Alliance pour Roissy et Le Bourget. Selon lui, il faudrait une minute et demie à deux minutes pour contrôler réellement un passeport, là où les fonctionnaires passent aujourd’hui 10 à 15 secondes.

À Orly, une source aéroportuaire signalait également que les contrôles aux frontières étaient « plus lents qu’habituellement », mais ne relevait aucun trouble. En milieu de matinée, « ça commençait à bouchonner aux lignes de départ », a affirmé à l’AFP Anita Daburon, d’Alliance, qui a appelé les policiers à un contrôle scrupuleux des passeports.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *