Air France lance l’option After-Show

Transport

Air France a déployé une nouvelle option dans son offre Flex. Il s’agit de l’After Show, qui permet de reporter un vol dans la journée.

Reporter un vol en Business sur le moyen-courrier dans la journée devient possible avec Air France. La nouvelle option, dite « After Show » vient enrichir l’offre Flex proposée sur le réseau moyen-courrier d’Air France. Disponible depuis le 20 avril, After Show permet aux clients Business de prendre un vol plus tard qu’initialement prévu, sans frais supplémentaire. Cette nouvelle offre est basée sur la disponibilité cabine en Economy. La demande d’After Show doit être effectuée par le client le jour du départ. Avant l’heure limite de l’enregistrement du vol initialement prévu, After Show est disponible via l’enregistrement sur Internet, aux bornes interactives ou aux comptoirs à l’aéroport. Si l’heure limite d’enregistrement pour le vol initialement prévu est passée, les clients peuvent faire la demande d’After Show aux bornes interactives ou aux comptoirs à l’aéroport. Pour rappel, cette fonctionnalité existe aujourd’hui sur le réseau domestique d’Air France et sur le réseau européen KLM. Les clients ayant acquitté un tarif Flex sur le réseau moyen-courrier d’Air France, continuent à bénéficier de la possibilité de prendre un vol plus tôt qu’initialement prévu sans frais supplémentaires (Go Show).

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Déconcertant !
    Donc désormais, un passage qui s’acquitte d’une somme avoisinant les 1300 euros (soit bien souvent 10 allers retours en low cost)pour se rendre de Paris à Milan peut considérer qu’il a de la souplesse.
    Impressionnant !
    Les limites du packaging marketing et du yeld sont atteintes, et cela frise le ridicule. Considérons qu’aujourd’hui pour donner de la souplesse à ces tarifs, il a fallu en retirer aux autres. Ainsi un aller simple sur Toulon en Y (considéré jusqu’alors comme du plein pot) est vendu à 333 euros, et n’est plus remboursable, pas même avec des pénalités.
    L’effort fourni par les compagnies pour booster le revenu moyen par coupon mène à des aménagements de politiques tarifaires ayant perdu toute logique, voire toute la légitimité attendue, qui est nécessaire pour justifier les différences de prix. Là on ne comprend plus.
    Si j’ai bien compris, dorénavant, on peut changer quand on paie le prix fort (très fort même, puisque ces passagers paient souvent une carte d’abonnement permettant de ne pas avoir un tarif qualifié de loisir).
    C’était comment avant ?
    Dire qu’il y a des gens payés à réfléchir pour nous pondre ce genre d’aberrations. Ils sont dans le marketing, dans les nuages, pas dans l’aérien !

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *