Air France : une nouvelle grille tarifaire pour reconquérir le moyen-courrier

C’était dans les tuyaux depuis l’IFTM Top Resa. C’est désormais une réalité. Air France a profité du congrès des Entreprises du Voyage pour annoncer le lancement officiel de sa nouvelle structure tarifaire moyen-courrier
Au programme de cette refonte de la structure tarifaire moyen-courrier (Europe, Afrique du Nord et Israël): simplification et harmonisation avec KLM. Désormais, l’ensemble des sièges offerts par la compagnie, quelle que soit la classe de réservation, se décline en trois tarifs : Le tarif Light, pour 50 euros de plus le tarif Standard et pour 120 euros de plus le tarif Flex. Bref Air France a décidé d’adopter la structure tarifaire qui fait école en Europe depuis quelques années sous l’influence des compagnies low-cost, à savoir qu’à chaque tarif est associé une gamme de services et des conditions particulières. Si tous les tarifs offrent droit au service à bord (boissons, repas, en-cas) et au cumul de points Flying Blue, le Light est ce qu’on appelle un "no-frills", ni modifiable, ni remboursable et sans bagage de soute associé. Le Standard est modifiable avec frais et donne droit à un bagage de soute. Quant au Flex, comme son nom l’indique, il est non seulement modifiable et remboursable, mais il permet d’accéder au service fast track Sky Priority et ouvre droit aux "go show", c’est-à-dire à la possibilité de prendre le vol d’avant si la disponibilité le permet. Sur les tarifs haute contribution – les Flex – la baisse tarifaire peut atteindre 35%. Comme l’explique Zoran Jelkic, le DG du marché France d’Air France KLM, "par rapport à avant où on ouvrait et fermait les classes de réservation au fur et à mesure, ces trois niveaux tarifaires qui restent ouverts tant qu’il y a des places constituent un vrai changement de modèle". Il ajoute: "la baisse des prix qui en résulte vise à reprendre des parts de marché, c’est un pari".

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *