Air Mauritius : 30 ans de présence à Paris

Transport

Le 4 novembre 1984, le premier vol de la compagnie mauricienne  s'envolait pour la première fois de Paris pour l'Ile Maurice. C'était il y a 30 ans. A l'époque, 30 passagers français avaient embarqué à Paris-Orly pour un vol qui était le plus court entre la France et l'île des Mascareignes, à bord du Boeing 747-SP "Château de Réduit", qui avait décollé de Londres pour faire une première escale à Paris, puis à Nairobi, avant d'arriver à Maurice le lendemain. Cet appareil avait été racheté à South African Airways. Il avait été conçu à la demande de SAA pour permettre à la compagnie, alors interdite de survol du continent africain pour cause d'apartheid, de voler vers l'Europe en passant par la mer. L'avion a ensuite été revendu à Qatar Airways. "L'ouverture de cette nouvelle ligne était vraiment une révolution" explique Philippe Brieu, président d'Air Mauritius en France. "C'était la première fois que l'on pouvait se rendre aussi rapidement à Maurice" poursuit-il. Effectivement, auparavant, l'avion d'Air France décollait de Paris, faisait un premier stop à Djibouti ou Djeddah, puis un autre à Tananarive, puis arrivait enfin à La Réunion. Après, il fallait encore prendre un avion pour rejoindre Maurice. A l'époque, la fréquence des opérations était d'un vol par semaine, et seulement 30 places étaient allouées aux voyageurs français au départ de Paris. Pour rejoindre l'Ile Maurice, les billets en classe économique étaient commercialisés au tarif unique de 8.875 francs, soit l'équivalent de 2.660 euros de nos jours. Et le vol durait près de 17 heures. Aujourd'hui, Air Mauritius commercialise près de 600.000 sièges par an au tarif (à partir de) de 898 euros au départ de Paris, avec une fréquence atteignant 17 vols hebdomadaires en haute saison. Et le vol ne dure plus qu'une dizaine d'heures.

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *