Air Sénégal relie Paris à Saint-Louis le mercredi

Transport

Cérémonie d’ouverture pour un enjeu touristique national.
Si le public répond, le vol pourrait être doublé à terme.
Résultats positifs après 4 ans d’existence, selon AIS.
Depuis quelques jours, Saint-Louis du Sénégal est relié directement à Paris par un vol hebdomadaire, le mercredi, opéré par Air Sénégal International. Cette compagnie, détenue à 51 % par Royal Air Maroc, profite aujourd’hui de la défaillance de Star Airlines sur cet axe qui a en effet renoncé à faire un toucher à Saint-Louis en début d’année. C’est donc avec beaucoup d’espoir que les professionnels du tourisme et les opérateurs locaux (réceptifs et hôteliers) voient arriver cette liaison, afin de relancer une destination inédite et authentique. Les autorités régionales, relayées par le ministre du Tourisme et le maire de la ville de Saint-Louis, Ousmane Masseck Ndiaye, avaient d’ailleurs préparé une grande fête lors du premier atterrissage du B 737-700 d’Air Sénégal International. Ce vol n’est pas en point à point, mais effectue un toucher à Saint-Louis avant de relier Dakar. Le retour Saint-Louis-Paris se fait donc également via Dakar. Le taux de remplissage constaté sur les réservations actuelles est « de 25 % mais avec un objectif à terme de 65 % », explique Farid Senhaji, directeur général d’Air Sénégal International. Si ce taux est atteint, la compagnie envisage de créer un vrai vol en point à point ou de doubler le vol dans la configuration actuelle. Après quatre ans d’existence, le transporteur « a un résultat positif et envisage 400 000 passagers pour $120 M de chiffre d’affaires en 2004, contre 360 000 clients et $100 M de CA en 2003 ». Son développement comprend une extension de sa flotte avec l’acquisition de deux Boeing 737-700. La livraison du premier pourrait intervenir en juillet 2005. La compagnie veut en effet profiter à plein du futur aéroport Blaise-Diagne à 40 km de Dakar prévu pour 2007.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *