Air Tahiti Nui sera en code-share sur le TGV

Pré/post acheminement sur CDG de 15 villes régionales.
Accords valables pour la vente de Los Angeles sec.
La gare TGV est à CDG2 alors que la compagnie est au T1.
Deux ans et demi après l’ouverture de la ligne Paris-Papeete via Los Angeles, Air Tahiti Nui passe à la vitesse supérieure dans l’Hexagone, notamment dans les régions, qui représentent 45 % de ses clients métropolitains. Possédant des accords tarifaires de pré/post acheminement sur Roissy avec Air France au départ de 8 villes françaises, la compagnie tahitienne va signer à Top Résa un accord de code-share avec la SNCF, lui permettant de placer son code sur des liaisons TGV entre 15 villes françaises et l’aéroport de Roissy à partir du 31 octobre prochain. Outre le renforcement de ses préacheminements de province afin d’alimenter ses cinq vols hebdomadaires au départ de Paris, cet accord avec la SNCF permet à Air Tahiti Nui de mieux vendre la destination Los Angeles. En effet, les accords tarifaires signés avec Air France au départ de Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Montpellier, Lyon, Nice et Mulhouse ne concernent que les passagers qui achètent un billet à destination de Papeete. Et non ceux qui vont à Los Angeles. Or, comme le rappelle Jean-Marc Hastings, directeur France et Europe d’Air Tahiti Nui, si en haute saison le trafic entre la France et Papeete est suffisant pour remplir les avions, ce n’est pas le cas en basse saison où les passagers sur Los Angeles sont un bon complément. Pour autant, le transfert de la compagnie cet été de CDG 2A à CDG1, en raison de la répartition des transporteurs sur les différents terminaux de Roissy, à la suite de l’accident du « 2E », ne permet pas une correspondance « air-fer » idéale à Roissy; la gare SNCF étant située à CDG2. « ADP nous a dit que nous étions prioritaires à un retour à CDG2, une fois que les six portes d’embarquement provisoires seront achevées », explique, Christian Vernaudon, DG d’Air Tahiti Nui, qui envisage ce retour au premier semestre 2005.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *