Air Transat en force sur le Canada cet été

Transport

Air Transat propose 136 400 sièges d’avril à octobre.
Il y aura 22 vols hebdo au départ de 6 villes françaises.
Objectif : 20 % des ventes sur GDS contre 10 % en 2003.
Après un été 2003 marqué par les conséquences du Sras à Toronto qui l’avait contrainte à réduire la voilure par rapport à l’offre initialement prévue, Air Transat remet les gaz en augmentant sa capacité entre la France et le Canada de 11 % pour la saison été (avril-fin octobre) en comparaison avec la même période de l’année dernière. La compagnie canadienne va proposer 136 400 sièges au départ de six villes françaises (Paris, Lyon, Nice, Marseille, Toulouse, Nantes) vers Montréal, Toronto et Québec. En ajoutant un deuxième vol hebdomadaire, Air Transat augmente même son offre en sièges de 53 % sur la ligne Toulouse-Montréal (aéroport de Mirabel). En reliant également Montréal à Nice, Lyon (deux fois par semaine), Marseille, Nantes (un vol hebdomadaire) et Paris (un vol quotidien) mais aussi Toronto à Paris (6 vols par semaine) et Québec à Paris (1 vol par semaine), le transporteur assurera au total 22 fréquences hebdomadaires sur l’axe franco-canadien. « Le fait de proposer des vols non-stop au départ de six villes françaises est notre point fort. Comme nous n’avons pas de système de hub, nous sommes imbattables en termes de durée de vol et les sièges sont vraiment réservés aux marchés canadiens et français », explique Gilles Lamontagne, vice-président ventes transatlantiques d’Air Transat. Après l’ouverture l’an dernier de ses vols au départ de Paris, Lyon et Nice dans les GDS (*) – le reste étant assuré par le système TO de Vacances Air Transat –, la compagnie vise une hausse de ses ventes générées via ce canal de distribution qui lui permet de toucher l’ensemble du réseau. « Le Sras a affecté nos objectifs de vente via les GDS l’été dernier », souligne Gilles Lamontagne. « Mais, renchérit Philippe Buisson, directeur commercial France, nous tablons cette année sur 20 % de ventes via les GDS contre 10 % en 2003 car les agences se sont familiarisées au code TMX de l’aéroport Mirabel et nous commissionnons à 8 % ».
(*) L’accord bilatéral n’autorise les vols réguliers que sur trois villes françaises.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *