Alliance Air Austral/Air Madagascar : déjà des actions concrètes pour les clients français

Transport

Le 30 novembre 2017, Air Austral entrait dans le capital d’Air Madagascar à hauteur de 49%. Les présidents des deux compagnies étaient à Paris mardi 5 février pour présenter les synergies en cours et à venir.

 

Ne plus dépendre de la liaison Réunion-Paris

Directeur commercial France-Europe Air Austral-Air Madagascar, Marc Baillart a profité d’une conférence de presse, lundi 5 février, pour annoncer quelques grandes nouveautés qui concernent la clientèle française. Déjà, cet été (juillet/août/septembre) le programme France-Tatanarive (Antananarivo) passe de 2 à 5 fréquences, quatre vers Paris, une vers Marseille. De plus, à Madagascar, les clients profiteront  d’un programme intérieur et régional via le hub de Tatanarive, ville dans laquelle « on ne passe pas une semaine ». En avril, Air Madagascar lancera Tsaradia, une filiale autonome qui sera consacrée au développement du réseau intérieur. Surtout, les deux compagnies combinent leurs tarifs ce qui permet de partir de Paris, faire un stop à Madagascar avant de s’envoler vers La Réunion et Paris. Autre exemple : un Paris-Tananarive-Nosy Be-Mayotte-Paris. Ajoutons aussi qu’Air Austral a ouvert son TGV Air à Air Madagascar.

Pour Air Austral comme pour Air Madagascar, ce partenariat est « capital ». Comme l’a dit Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral,  compte tenu de l’arrivée des low cost long-courrier, il était nécessaire d’être moins dépendant de la liaison vers Paris. En 2013, elle représentait 72% des recettes de la compagnie, ce n’est plus que 56% aujourd’hui. Cela grâce à la création de Ewa Air dans le canal du Mozambique, l’ouverture d’un direct Mayotte-Paris, un nouveau développement encore « embryonnaire » vers l’Asie (10% des recettes) sans oublier la réouverture du direct Réunion-Marseille.

Devenir le premier groupe aérien de l’Océan Indien

Evidemment, avec Air Madagascar, il s’agira de développer les deux hubs « pour devenir le premier groupe aérien de l’Océan Indien ». S’allier à la compagnie malgache est d’autant plus stratégique que, comme l’a rappelé Marie-Joseph Malé, Madagascar devrait compter 50 millions d’habitants en 2050 contre un million pour La Réunion. D’ici dix ans, les deux partenaires devrait pouvoir s’appuyer sur 26 appareils,  16 pour Air Madagascar et dix pour Air Austral.

Directeur général d’Air Madagascar, Besoa Razafimaharo a bien conscience que sa compagnie a des progrès à faire. Pour ne plus qu’on la surnomme « Air Peut Etre », il veut déjà s’attaquer au problème du taux de ponctualité. Il se donne comme objectif d’atteindre 85% dès cette année contre 68% aujourd’hui. Le service à bord, prestations plateaux, carte des vins, sera revu à la hausse. C’est donc à un grand chantier auquel s’attaquent les deux partenaires qui ont déjà comme premier point d’étape le retour à l’équilibre d’Air Madagascar d’ici quatre ans. Il sera alors temps, d’ici 10 ans, de penser à ouvrir de nouvelles destinations.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *