American encourage Internet face aux autres modes de vente en direct

Surtaxe au comptoir et call center.
Les agents de voyages épargnés.

Le développement des ventes Internet pour réduire les coûts de distribution ne se concrétise pas de la même manière chez tous les transporteurs américains. A partir d’aujourd’hui, American Airlines impose sur le marché américain des surtaxes sur les billets achetés dans ses centres de réservation et à l’aéroport, afin d’encourager la vente en ligne. Chaque billet acheté dans un centre d’appel américain coûtera 5 dollars de plus, le surcoût s’élevant à 10 dollars si l’achat se fait à un comptoir American dans un aéroport américain, a expliqué le transporteur, précisant que la pratique était courante chez les compagnies à bas coûts. La compagnie entend favoriser le canal Internet parmi l’ensemble de ses canaux de distribution directe. Car cette surtaxe ne s’applique pas aux billets achetés chez les agents de voyages traditionnels ou sur leurs sites Internet. Une différence majeure par rapport à Northwest qui, la semaine dernière a décidé de surtaxer tous les billets d’avion n’ayant pas été achetés directement sur ses propres sites Internet (y compris ceux acquis en agences de voyages). Avec cette mesure, American entend réaliser des économies de plus de 25 millions de dollars par an. La compagnie aérienne cherche à nouveau à réduire ses coûts. Le colossal effort de réduction des dépenses et le retour à une exploitation bénéficiaire, sans passer sous la protection du Chapitre 11, a été en grande partie annihilé par la hausse du prix du kérosène dont le surcoût avoisinera le milliard de dollars en 2004.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *