Assises nationale du transport aérien : Six mois pour sauver le pavillon français

Transport
roissy cdg air france

Recul inexorable du pavillon français, déficit de compétitivité, coût de la sûreté, fiscalité, statut des personnels navigants, relations entre compagnies et aéroports, empilage réglementaire, enjeux sociaux et environnementaux…

 

Les Assises du transport aérien,  officiellement lancées mardi 20 mars par Elisabeth Borne, ministre des Transports, ne manqueront pas de sujets. Et même de sujets qui fâchent. La ministre a été claire, il s’agit « d’une mobilisation d’abord au service du passager ». Le ton employé  est incontestablement volontaire : « L’aviation civile est stratégique pour la Nation (…) la France doit prendre sa part de la croissance du trafic aérien (…) les quelques mois qui viennent seront décisifs pour l’avenir du transport aérien français ». Des Assises indispensables tant les constats sont implacables : Aujourd’hui seuls 42% des passagers en France voyagent sur des compagnies françaises. Ils étaient 63% il y a 20 ans. Les parts de marché du pavillon français ont reculé de 22 points sur les liaisons domestiques et de 18 points sur les routes européennes.

Les 5 thèmes choisis par les autorités et les personnes qui seront chargées d’animer les travaux sont :

Thème 1 – Performance Économique – Co-présidents : Anne-Laure Cattelot, députée du Nord et Vincent Capo-Canellas, sénateur de la Seine-Saint-Denis.

Le thème sera décliné en un groupe de travail relatif à la fiscalité du secteur qui s’attachera à rechercher des pistes d’allégement des charge, un groupe de travail relatif à la régulation des redevances aéroportuaires, un colloque « droits de trafic : objectifs et enjeux », d’un séminaire « performance de la navigation aérienne, d’un groupe de travail relatif à la simplification opérationnelle puis d’un séminaire de restitution des travaux « une autorité de surveillance performante au service de la sécurité aérienne, du lancement du conseil pour la cyber sécurité du transport aérien et d’un conseil pour les drones civils.

En matière de performance économique la ministre a d’ores et déjà annoncé que la majoration de la taxe d’aéroport serait réduite à 0,9 euro à compter du 1er avril. Cela représente une enveloppe d’une cinquantaine de millions d’euros.

 

Thème 2 – Performance au service des territoires – Métropole : Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, Outre-mer : Serge Letchimy, député de la Martinique.

Le thème sera décliné à travers un colloque « aéroports et territoires », d’un groupe de travail relatif aux liaisons d’aménagement du territoire et d’un colloque « transport aérien : un enjeu particulier pour l’outre-mer ».

 

Thème 3 – Performance environnementale – Co-présidents : Gilles Boeuf, professeur à Sorbonne Université et Lionel Guerin, président de Hop ! Biodiversité.

Un colloque « aviation et climat » sera organisé, tout comme un atelier relatif au bruit, un workshop portant sur l’amélioration de la performance de la navigation aérienne pour réduire l’impact sonore, un atelier relatif aux émissions aéroportuaires et un colloque « engagement des acteurs du transport aérien pour la biodiversité aéroportuaire ».

 

Thème 4 – Performance et innovation au service des passagers – Jean-Baptiste Djebbari, député de la Haute-Vienne.

Le thème sera traité à travers un colloque « le transport aérien à l’ère du numérique », un concours « visualisation de données », un groupe de travail relatif à la facilitation des contrôles frontalier, un colloque « sûreté de l’aviation civile : défis et solutions » et un colloque « les nouveaux enjeux de l’intermodalité ».

 

Thème 5 – Performance sociale – Dominique-Jean Chertier, expert social et médiateur.

Ce thème sera animé par un groupe de travail relatif à l’emploi et à la formation professionnelle, un autre relatif au dialogue social et un à la simplification et par un colloque « accompagner les entreprises dans la mise en oeuvre des ordonnances travail ».

 

Colloques, ateliers et groupes se dérouleront et travailleront jusqu’en juillet. L’été sera le temps des synthèses et septembre celui des propositions.

Dans un pays qui s’est fait pour spécialité d’enterrer les uns après les autres les rapports sur la compétitivité du transport aérien, on peut avoir des doutes sur ce qui ressortira de ces Assises. Pour autant, comme le rappelle Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair, très impliqué dans les travaux de la Fnam au sujet de la compétitivité du secteur, pas question de préjuger du résultat. « Sur de nombreux sujets, comme par exemple le financement de la sûreté, la taxe Chirac ou encore la simplification de la réglementation, il peut y avoir des actions menées rapidement ».

 

 

 

 

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.