BA ne digère pas l’échec de son transfert à Orly

Après la distribution des slots à Orly (Cf. QDT d’hier), Patrick Malval, directeur commercial France de British Airways, s’est déclaré « déçu et surpris » de ne pas avoir obtenu satisfaction à sa demande de transfert de CDG 2B à Orly de ses vols sur Londres Gatwick. « Nous avons beaucoup travaillé avec ADP, la DGAC, le ministère des Transports pour trouver une solution et l’on revient au point de départ avec toutes les pressions opérationnelles que l’on rencontre à CDG 2B », indique le cadre de la compagnie britannique, la seule de CDG2 à vouloir aller à Orly. L’échec du transfert à Orly était prévisible lorsque l’on sait qu’il y avait moins de 3 vols quotidiens à distribuer, dont la moitié pour les non-nouveaux entrants comme BA qui demandait 4 quotidiens. Pour avoir gain de cause, il aurait fallu un pool de slots à distribuer plus important et donc que la DGAC libère une partie des slots d’aménagement du territoire inutilisés. C’était la seule condition, car le Cohor (organisme chargé de la distribution des slots) ne peut pas distribuer des créneaux qu’il n’a pas. En attendant, c’est British Airways, la seule compagnie de CDG2 candidate à un transfert à Orly, qui trinque en restant au terminal 2B complètement saturé. Depuis la fermeture du 2E, 20 vols ont été redéployés au 2B, qui est « utilisé à 130 % » selon Patrick Malval. Outre des problèmes opérationnels, ce dernier craint à terme un problème commercial en raison de la détérioration du service. D’autant que les vols sont remplis à plus de 90 % cet été. Alors qu’il n’est pas « envisageable » de rester dans cette situation, BA « réfléchit à différentes options ».

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *