Cars Macron : la France ne compte plus que deux opérateurs

Transport

Avec le rachat, officialisé le 2 mai, d’Eurolines et Isilines par FlixBus, il ne reste donc plus que deux compagnies nationales de « cars Macron » longue distance sur le sol français. L’opérateur allemand devra composer avec BlaBlaCar, en cous d’acquisition de Ouibus, filiale de la SNCF.

 

 

Libéralisé il y a un peu moins de quatre ans, le marché français des cars longue distance comprenait au départ cinq acteurs. Deux d’entre eux ont très vite disparu : Megabus, filiale de l’anglais Stagecoach, rachetée par FlixBus ; et Starshipper tombée dans l’escarcelle de Ouibus. Les professionnels du secteur justifient cette concentration accélérée par la nécessité d’atteindre une taille critique afin d’être rentable.

 

Aujourd’hui, le marché se réduit donc à deux opérateurs dans l’Hexagone : l’allemand FlixBus qui vient d’absorber au groupe Transdev Eurolines et Isilines, et le Français Blablacar, qui est en train de reprendre Ouibus à la SNCF. Les Ouibus devraient d’ailleurs être renommés BlaBlaBus d’ici la fin de l’année.

 

Dans un contexte de croissance du marché français, nul doute que les deux concurrents vont se livrer une bataille farouche. FlixBus possède peut-être une longueur d’avance en raison d’une offre plus diversifiée. Selon une note de la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (FNTV) reprenant les chiffres de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer), le transporteur dessert 68 % de l’ensemble des villes, et opère 59 % de l’ensemble des liaisons commercialisées. Il se positionne devant Ouibus (51 % des villes desservies, 32 % des liaisons commercialisées) et Eurolines/Isilines (32 % des villes desservies, 24 % des liaisons commercialisées).

 

Avec 262 villes desservies, le maillage territorial proposé par le marché des « autocars Macron » s’est étoffé au dernier trimestre 2018 par rapport au 4e trimestre 2017, avec 18 villes de plus.

 

Toujours selon l’Arafer, le trafic des « cars Macron » a progressé en volume de 26%, avec 8,9 millions de voyageurs transportés en 2018 (+ 14% sur le dernier trimestre), les grèves de la SNCF il y a un an ayant offert aux cars un surcroît de clients. Le chiffre d’affaires du secteur sur les liaisons domestiques au 4e trimestre 2018 s’élevait à 31 millions d’euros hors taxes, en hausse de 17 % par rapport au même trimestre de 2017.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *