Caviar, Champagne et classe affaires : Corsair parachève sa montée en gamme

Transport
Corsair repas payant
Les passagers Business et Grand Large devront payer un supplément de 55 euros pour pouvoir accéder au menu Prestige de Corsair

Corsair dispose déjà de 2 B747 équipés de sa nouvelle classe affaires. Et le reste de la flotte le sera d’ici la fin de l’année. La compagnie vient de mettre la dernière main au volet gastronomique de sa nouvelle offre.

Corsair soigne les détails de sa nouvelle classe affaires. Au-delà des sièges convertibles en lits, équipés de rangements et de toutes sortes de prise, la direction de Corsair a voulu porter un soin tout particulier à l’aspect gastronomie et service de son nouveau produit. Si 200 navigants (commerciaux mais également techniques) ont été formés pour mieux servir la clientèle qui voyage à l’avant des appareils, c’est vers de grands noms que Corsair s’est tournée pour s’occuper des nourritures terrestres ou plutôt aériennes. Michel Rostang d’abord, pour concevoir ce qu’on appelle classiquement un menu signature. Rien de très original jusque-là, puisque presque toutes les grandes compagnies font appel à des chefs renommés pour concevoir leurs menus en classes affaires.

 

Ce qui l’est beaucoup plus, c’est que le double étoilé a voulu sortir de l’ordinaire en proposant un menu extra…ordinaire tout droit venu de l’imaginaire véhiculé par les premières classe des années 60 et 70. Une époque où le transport aérien était loin de s’être démocratisé sous les coup de boutoirs de compagnies comme…Corsair.

 

Corsair menu "prestige"

Baptisé « prestige », il s’agit d’un menu froid, composé de produits de très grande qualité. Et pour cause, Michel Rostang a fait appel à la célèbre maison Petrossian. Au menu donc, Caviar Daurenki Petrossian (30gr), Tarama Petrossian, Cœur de saumon fumé Petrossian, ½ homard bleu breton et niçoise de légumes selon la recette de la maison Rostang, assiette de fromages et fondant Baulois.

Corsair : Menu "Prestige"

 

Pour savourer tout cela en plein ciel (éventuellement arrosé de Billecart-Salmon, le nouveau fournisseur de champagne de Corsair), les clients de la classe affaires mais également de la Grand Large, maintenant positionnée comme une classe premium, devront, à partir de demain 15 septembre, date de l’ouverture à la vente de l’offre, débourser un supplément de 55 euros en achetant leurs billets (la prestation n’est pas achetable à bord). Pour le moment, le menu Prestige ne sera disponible que sur les vols au départ de Paris.

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *