Cinq mauvaises raisons pour stresser en avion

Transport

Flightadventures, qui exploite un simulateur de vol au sein de l'aéroport deStrasbourg, rassure les passagers stressés en chassant cinq idées reçues, "largement partagées et entretenues". Rassurez les passagers qui surveillent avec inquiétude les ailes : "Si elles bougent dans une zone de turbulences, c'est uniquement pour jouer le rôle d'amortisseur et minimiser les secousses, elles peuvent supporter jusqu'à six fois le poids de l'avion". Foudroyé en plein ciel ? "Tous les avons de ligne sont équipés d'un radar météo capable de détecter les orages à 300 km de distance". L'aéroport pour atterrir est impraticable : "Les pilotes ont toujours une solution de repli et ont déjà sélectionné un terrain de dégagement". Par ailleurs, les pilotes "mangent deux repas différents, préparé dans deux cuisines différentes". Il restera toujours au moins un pilote dans l'avion. Enfin, les pilotes ne sont pas "low cost": "Ils suivent plus d'une semaine de formation et de maintien de compétences. Ils sont en outre contrôlés lors de séances de quatre heures de simulateurs, ponctués de pannes moteur, dépressurisation, feux en cabine. C'est l'une des professions les mieux contrôlées au monde". Avec FlightAdventures, "angoissés légers et vrais phobiques peuvent ainsi démêler le "vrai" du "faux" et rationaliser leur crainte de l'avion dans un cokpit ultra réaliste, auprès de pilotes professionnels".

flightadventures.fr

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *