Comment Air France veut capter sa part de croissance long-courrier

Transport

"Air France est devenue un challenger". Pour Jean-Marc Janaillac, président du groupe Air France KLM, c’est une "force" car cela oblige le conseil d’administration à mettre en place un "projet ambitieux et réaliste". Dans le viseur, les compagnies du Golfe accusées par le patron d’Air France "d’avoir bénéficié de 40 milliards de dollars de subvention, une situation qui ne doit pas s’amplifier".
Pour contrer ces compagnies du Golfe et "capter notre part de croissance", Jean-Marc Janaillac compte sur la nouvelle compagnie lancée par le groupe – "Air France… something" – qui doit permettre de conserver des lignes menacées, en particulier sur l’Asie du Sud-Est, par exemple Bangkok. On peut aussi imaginer qu’Air France pourra ainsi rouvrir des lignes fermées comme Kuala Lumpur.  Et, pourquoi pas, aussi, ouvrir des liaisons vers l’Amérique Centrale trop coûteuses jusqu’à maintenant. La nouvelle compagnie vise donc des destinations "business" et "loisirs" et non pas celles desservies par les low cost long courrier comme French Blue. Pour proposer des tarifs compétitifs sans trop  rogner sur la qualité, il faut donc baisser les coûts. Le groupe va embaucher des PNC avec un contrat évidemment moins avantageux donc celui bénéficient les salariés Air France. "On reprend les mêmes règles que Transavia". Quant aux pilotes, ils devraient garder tous les privilèges liés à leur statut. La flotte sera composée de 10 avions – des A340 avant l’arrivée des A350. Le nombre d’appareils devrait ensuite doubler d’ici 2030. Par ailleurs, les PNC devraient être aussi capable de travailler sur des vols moyen-courrier qui , via Air France Something, doivent alimenter le hub de Roissy, "en recul par rapport à d’autres hubs européens". De plus, même si les standards de qualité Air France sont conservées, la Première sera supprimée  et la classe affaires ne bénéficiera de toutes les dernières innovations–-tous les passagers n’auront pas un accès direct aux allées. Enfin, Jean-Marc Janaillac n’est pas obnubilé par les compagnies du Golfe. Il n’oublie pas que certaines compagnies européennes "pratiquent le dumping social" alors que le secteur aérien doit supporter de lourdes charges. "Je me battrai pour que nous n’ayons pas à payer une taxe pour financer le "CDG Express". 

Les pilotes mitigés, les PNC hostiles
Le syndicat de pilotes majoritaire à Air France, le SNPL, s'est "réjoui"
d'avoir trouvé en Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France-KLM à l'origine du projet, "quelqu'un avec une stratégie", qui repose sur "des idées plutôt ambitieuses". Néanmoins, il convient d'éviter de "créer un nouveau groupe de pilotes" au sein de la maison mère et de veiller à "ne pas exclure" du plan certaines catégories du personnel comme les PNC, met en garde Véronique Damon (SNPL). Le deuxième syndicat de pilotes, le Spaf, s'est lui déclaré "déçu", car "la croissance doit se faire par l'intermédiaire d'Air France, et non pas à travers une énième compagnie sortie du chapeau".
 Les syndicats d'hôtesses et stewards ont en revanche vivement réagi aux annonces de M. Janaillac, l'Unac s'inquiétant que les personnels de cabine soient "les grands perdants de ce projet". "En créant une entité similaire, opérant sur un même segment de marché, à coûts moindres, notre premier concurrent sera notre nouvelle filiale", écrit le syndicat. C'est "la mort annoncée" de la compagnie historique, renchérit sa présidente, Flore Arrighi. "C'est la double peine" pour les PNC, s'étrangle Christophe Pillet du SNPNC-FO, puisque le projet prévoit de recruter "à moindre coût" et "à l'extérieur" du groupe, et exige "des efforts de nouveau pour les personnels en place". Son syndicat redoute que la nouvelle entité – une "low cost PNC" – soit "un moyen de contourner les syndicats à Air France et d'aspirer petit à petit l'activité d'Air France".

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *