Contrôle aérien : Quand Ryanair annule des vols sans que personne ne le lui demande

Ryanair a annulé des vols de sa propre initiative

Les 110 vols annulés mardi par Ryanair ont été déprogrammés à la seule initiative de la compagnie, alors que les autorités françaises anticipaient peu de perturbations dues à la journée de mobilisation contre la réforme du droit du travail.

Interrogée par l’AFP, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a affirmé n’avoir pas demandé préventivement aux compagnies d’annuler des vols malgré le préavis de grève déposé par l’Usac-CGT. Aucune perturbation majeure n’étant attendue, « nous n’avons pas donné de consigne d’abattement aux compagnies aériennes » et « la situation est conforme à nos prévisions », avec seulement « des retards constatés localement sur certains vols », a indiqué un porte-parole de la DGAC. La question est donc de savoir ce que va répondre Ryanair aux clients qui ne manqueront pas d’invoquer le règlement européen concernant les retard et les annulations.

 

Dans un communiqué lundi soir, Ryanair avait accusé les contrôleurs aériens français de « fermer une fois de plus le ciel européen » et regretté « de devoir annuler 110 vols » mardi. La compagnie à bas coût a appelé de nouveau le gouvernement français et la Commission européenne à « des mesures immédiates » pour atténuer l’impact des grèves des aiguilleurs français, comme permettre à « d’autres contrôleurs aériens européens de prendre en charge les opérations de survol dans le ciel français » en cas de grève.

 

L’organisation Airlines for Europe (A4E), qui regroupe 15 compagnies aériennes européennes, anticipait pour sa part au moins 200 annulations jusqu’à mercredi matin, mais « les annulations augmentent » et ce nombre pourrait doubler, estime-t-elle. Interrogée par l’AFP, A4E explique que des compagnies doivent, même quand il n’y a pas de consigne des autorités, annuler de manière « proactive »  certains vols « pour éviter que des passagers ne se retrouvent coincés » dans l’aéroport de départ ou dans un aéroport de transit.

 

Publié par la rédaction avec l'AFP

Vos réactions (2)

  1. Sans « couvrir » RYANAIR c’est quand même dingue que cela soit à la cie de justifier l’annulation de ses vols alors que les syndicats veulent mettre la pagaille dans les aéroports…quelle drôle d’époque….

    1. J’ai été victime des annulations de Ryanair sur mon retour.
      Ce qui est dingue pour moi est le traitement qu’inflige Ryanair à ses clients…
      Arrivé à 4h30 du matin à l’aéroport pour revenir sur Marseille, on s’aperçoit que notre vol est annulé.
      Demande de renseignements « Prochain vol le 21 septembre soit dans 9 jours et Ryanair prend en charge uniquement une nuit d’hôtel ». Un seul mot me vient « Grand-seigneur » (ils ont prévenu 11H avant le départ, mail à 19h48 pour un décollage à 6h50 du matin le lendemain mais étant à l’étranger, difficile d’avoir du wifi et dodo de bonheur quand on se lève à 3h00). De plus pas de prise en charge de la nuit d’hôtel si nous repartons par nos propres moyens…
      La gestion des clients par Ryanair est inadmissible, comment l’Union Européenne peut autoriser cela. Les laisser sans aucune assistance, sans moyens… Des jeunes couples désemparés qui n’avaient pas les moyens d’avancer des billets/hébergement… Je ne sais ce qu’ils sont devenus
      Nous avons fini par revenir par nos propres moyens avec un trajet de 13h00 entre taxi, avion, train, bus…
      Donc cela me rend dingue qu’une telle compagnie puisse faire cela !

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *