Corsair attaque Air France sur Dakar

Transport

C’est une pierre dans le jardin ouest africain d’Air France que Corsair International s’apprête à jeter en ouvrant des vols réguliers entre la France et le Sénégal.Corsair va changer de braquet entre Paris et Dakar. La compagnie qui jusqu’ici n’opérait cette route qu’en charter, à raison de 2 vols par semaine grand maximum, va désormais y positionner des vols régulier, entrant ainsi en compétition avec Air France, seule compagnie actuellement positionnée sur le marché. A partir de novembre Corsair International opérera 2 vols par semaine, puis 4 en décembre et enfin 5 en janvier. Le but étant de pérenniser ces 5 rotations à l’année. Comme arme de séduction massive, la compagnie française met en avant un tarif d’appel à 499 E TTC l’aller retour !
Cela faisait des années que Corsair essayait, sans succès, d’obtenir des droits de trafic régulier sur le Sénégal. Le changement récent de gouvernement à la tête du pays a visiblement résolu le problème. Le montage réalisé pour y parvenir est assez peu commun. Les droits de trafic entre la France et le Sénégal sont régis par un accord bilatéral, prévoyant la mise en œuvre de capacités égales de part et d’autre de la route. Ce qui donne peu ou prou Air France d’un côté et une compagnie sénégalaise de l’autre. Problème, Sénégal Airlines n’a pas les moyen de venir à Paris. Après un accord commercial que la compagnie française et les autorités sénégalaises se refusent à détailler, Corsair va donc utiliser les droits de trafic de…Sénégal Airlines. Au-delà de ce partenariat qui prendra sans doute aussi la forme d’un partage de code, Corsair pourrai bien aussi profiter du réseau régional (une quinzaine de destinations dont Abidjan, Bamako, Conakry, Ouagadougou, Niamey, Nouakchott, Cotonou, Douala, Libreville…) de Sénégal Airlines pour remplir ses gros porteurs.

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *