Corsair ne veut pas pratiquer « des prix cassés pour que les gens voyagent avec les genoux dans le menton »

Transport

Corsair International vient de mettre en service son premier appareil entièrement reconfiguré, un A330-200 repeint aux nouvelles couleurs de la compagnie avec une cabine "dédensifiée" pour un montant de 5 à 7 millions d'euros par avion. Pascal de Izaguirre, le PDG de Corsair, a présenté son nouvel appareil lundi à Orly. Fin août, le second A330-200 sera prêt et, le 30 novembre, ce sera le premier B747. Mi-2013, la flotte sera composée de deux A330 neufs, de deux A330 et de trois 747 reconfigurés. Parmi les nouveautés de cette première livrée, la suppression de 50 sièges afin d'améliorer le confort des passagers. Pour compenser une éventuelle baisse de revenus, deux leviers : La cabine Grand Large qui est passée de 24 à 36 sièges et le taux de remplissage qui sera amélioré "avec comme objectif d'atteindre 87%". Le patron de Corsair est persuadé que l'on "peut parvenir à concilier performance économique et amélioration du confort". Sur les Antilles, la bataille sera tout de même rude, surtout avec l'arrivée d'XL Airways et ses prix low cost. "Mais ça ne change rien pour nous", poursuit Pascal de Izaguirre, "nous restons fidèle à notre stratégie". Il explique que sa "conception du transport aérien" n'est pas de pratiquer "des prix cassés pour que les gens voyagent avec les genoux dans le menton. Nous, nous voulons offrir du confort, nous pensons que les Antillais ont le droit au confort". Il promet également que côté prix, "nous serons extrêmement agressifs et matcherons les tarifs de XL". Pour le reste, le patron de Corsair maintient son "objectif de retour à l'équilibre à fin 2014", même s'il déplore "un premier semestre difficile à cause de la hausse du carburant". Mais il se félicite de "pouvoir compter sur un actionnaire solide d'un groupe puissant avec une vision industrielle, ce qui n'est pas le cas des autres compagnies". Il rappelle avoir bénéficié d'une recapitalisation, dont la première tranche à 70% a été de 210 millions d'euros, qui lui a permis "de financer les pertes du passé mais aussi l'ensemble de nos investissements".

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Qui à fait voyager pendant des années des passagers avec le menton aux genoux, c’est bien Corsair.
    Qui possède encore des 747 de 19/20 ans ans configurés à 588 sièges, c’est bien Corsair.
    Qui a affrété des compagnies merdiques comme Luzair, Yes, Europeen Air c’est bien Corsair.
    De grâce Mr De Izzaguire ne commencez pas à attaquer un concurrent en sous-entendant des propos. Sachez par expérience que dans l’aérien cela se retourne toujours contre l’agresseur.
    Même si vous n’y étiez pas assumez le passif de la compagnie dont vous êtes l’actuel patron.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *