Corsair réduit fortement ses pertes

Transport

Le résultat opérationnel enregistré par la compagnie du groupe TUI lors de l’exercice 2012/2013 (octobre à septembre) s’est fortement amélioré. Il s’élève à – 1 M£ (soit environ 1,2 ME), contre -15 M£ (environ 18 ME) lors de l’exercice précédent. Des performances notamment permises par un programme de réduction de coûts qui a permis de générer 12 M£ (environ 14 ME) d’économies sur l’exercice.Après un bon premier semestre, Corsair confirme donc être bien sur la voie du redressement au second semestre, ce qui lui permet de terminer l’exercice proche de l’équilibre. La recette au siège kilomètre offert (RSKO) a augmenté de 16%, le chiffre d’affaires reste stable malgré la baisse de l’activité, à 408 M£ (488 ME) contre 403 M£ (482 ME) sur l’exercice précédent. La compagnie souligne que le chiffre d’affaires généré par sa classe avant (la classe Grand Large), dont l’offre a été étendue grâce à une reconfiguration des cabines, a augmenté de 50%. L’exercice 12/13 a été marqué par une réduction sensible des capacités (en sièges kilomètres offerts) de 15%, conséquence du remplacement de deux B747-400 de 582 places par deux Airbus A330-300 de 360 places, ainsi que par la baisse du nombre de sièges à bord des autres appareils en exploitation. Dans un communiqué Corsair souligne que le taux de remplissage a atteint le "niveau record" de 87% en moyenne sur l’exercice, en croissance de 9 points, et "ceci malgré l’ouverture de deux nouvelles lignes régulières vers l’Afrique", en l’occurrence Dakar en novembre et Abidjan en mars. Des performances encore plus élevées sur le cœur de l’activité de la compagnie qu’est la desserte des DOM (plus de 60% du chiffre d’affaires) : une moyenne annuelle de 88% sur les Antilles et de 90% sur la Réunion. Si Corsair continue à enregistrer des performances pareilles, elle pourrait bien revenir à l’équilibre, voir plus, à la fin de l’exercice en cours. Et, pourquoi pas, passer d’un mode redressement à un mode développement. C’est en tout cas ce que semble penser Pascal de Izaguirre, son PDG : "Le redressement qui s’était accéléré au premier semestre, se confirme sur l’ensemble de l’année (…) nous avons maintenant tous les atouts pour accélérer notre développement, nous saisirons toutes les opportunités qui se présentent pour consolider et pérenniser la compagnie, comme l’illustre le partenariat récemment signé avec Emirates".

Publié par La Rédaction
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *