Crash du Boeing de Flydubai : les secours font place aux enquêteurs

Transport

Les équipes de secours ont fait place aux enquêteurs dimanche sur le site du crash du Boeing de Flydubai, qui a fait 62 morts dans la nuit de vendredi à samedi à l'aéroport de Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie.
 Le Boeing 737 de cette filiale low cost de la compagnie Emirates en était à sa seconde tentative d'atterrissage dans de mauvaises conditions de visibilité quand il s'est écrasé à 3h42 locales (0h42 GMT) dans une énorme boule de feu, propulsant des débris jusqu'à un kilomètre et demi du crash. Les 55 passagers et sept membres d'équipage de neuf nationalités différentes ont été tués sur le coup. Une enquête criminelle a été ouverte pour déterminer les causes de l'accident. Le ministre russe des Transports Maxim Sokolov a annoncé dimanche que les services d'urgence avaient terminé l'opération de "recherche et secours" vers 6H00 GMT sur le site. Les enquêteurs passent la journée sur place à la recherche d'indices, a expliqué le ministre, précisant ensuite que des représentants de la compagnie aérienne et des autorités émiraties étaient arrivés pour aider à l'enquête.
 
La compagnie a précisé que le pilote chypriote et son copilote espagnol avaient chacun 6.000 heures de vol. Les cinq autres membres d'équipage étaient originaires d'Espagne, de Russie, des Seychelles, de Colombie et du Kirghizstan. L'avion avait survolé pendant plus de deux heures l'aéroport de Rostov-sur-le-Don avant cette deuxième tentative d'atterrissage en raison du mauvais temps. Selon le ministère des Situations d'urgence, "il a frôlé la piste d'atterrissage avec l'une de ses ailes et a commencé à se désintégrer". Il pleuvait à verse à Rostov-sur-le-Don et une alerte aux vents forts avait été émise par l'antenne locale du ministère des Situations d'urgence. Flydubai, qui appartient au gouvernement de Dubaï, est née en mars 2008.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *