Crash en Egypte : Valls prend l’hypothèse de l’attentat « très au sérieux »

Transport

Manuel Valls a déclaré dimanche qu'il ne fallait "écarter aucune hypothèse" s'agissant du crash de l'avion russe la semaine dernière dans le Sinaï, celle d'un attentat étant "bien sûr prise très au sérieux".
 "Il ne faut écarter aucune hypothèse mais bien sûr, l'hypothèse de l'attentat est prise très au sérieux", a déclaré le Premier ministre lors du "Grand rendez-vous Europe 1-Itélé-Le Monde". L'Egypte résistait samedi à la thèse d'un attentat à la bombe dans le crash de l'avion russe dont s'est dit responsable le groupe jihadiste Etat islamique (EI). Le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont ouvertement évoqué la piste d'une bombe à bord de l'avion de la compagnie russe Metrojet qui devait rallier Saint-Petersbourg. Et la Russie, qui semble avoir épousé cette thèse, a ordonné la suspension de ses vols civils vers l'Egypte. Interrogé sur la situation française, Manuel Valls a déclaré : "nous faisons face à une menace inédite et d'ampleur majeure". "Nous faisons face à un ennemi extérieur et un ennemi intérieur, à des filières qui sont bien sûr en Syrie et en Irak et tous les jours, nos services de renseignement, la DSI, arrête, interpelle des individus qui peuvent représenter un danger".

La sécurité dans les aéroports doit être maximale. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a indiqué que la sécurité dans les aéroports de la planète doit être "maximale" et "revue" en fonction des risques "locaux", notamment dans les zones où le groupe Etat islamique (EI) est "actif". "Nous devons nous assurer que la sécurité aéroportuaire partout dans le monde est à un niveau maximal et qu'elle reflète les conditions locales", ce qui signifie que "là où le niveau local des menaces est plus élevé, des niveaux de sécurité plus élevés seront obligatoires", a déclaré Philip Hammond dans un entretien avec la BBC.  "Cela pourra signifier des coûts supplémentaires et des retards supplémentaires dans les aéroports à l'enregistrement des voyageurs", a-t-il reconnu. Concernant les 20.000 touristes britanniques qui se trouvaient dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, le ministre a précisé que "3.300" étaient désormais rentrés au Royaume-Uni et qu'au total "5.000" le seraient dimanche soir.
 
Un missile a visé un avion de Thomson Airways. Par ailleurs selon la presse britannique, un avion Thomson Airways transportant 189 touristes de Londres à la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh est passé, en août dernier, à moins de 300 mètres d'un missile peu avant son atterrissage. Un porte-parole du gouvernement britannique a confirmé cet "incident", affirmant, dans un communiqué, qu'il ne s'agissait "pas d'une attaque ciblée" mais qu'il était lié à "un exercice de routine de l'armée égyptienne". "Nous avions enquêté sur l'incident à l'époque des faits et avions conclu qu'il ne s'agissait pas d'une attaque ciblée mais que c'était très probablement lié à des exercices de routine menés par l'armée égyptienne dans la région à l'époque", a indiqué ce porte-parole du gouvernement. Ce qui n'est guère plus rassurant. La compagnie a également confirmé cet "événement", ajoutant que l'enquête menée par le ministère britannique des Transports avait à l'époque jugé "sûr" les vols à destination de la station balnéaire égyptienne.
 

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *