Crash d’Ukraine Airlines: l’Iran reconnaît une « erreur »

Transport
president Rohani reconnait erreur Iran crash UIA
Le président de l'Iran Hassan Rohani reconnaît l'erreur humaine dans le lancer de missile contre l'avion d'UIA.

« Des missiles malheureusement lancés à cause d’une erreur humaine. » Le vol PS752 d’Ukraine International Airlines avec ses 176 passagers et membres d’équipage a été abattu par l’armée iranienne le mercredi 8 janvier « par erreur ».

 

Samedi 11 janvier, le président iranien Hassan Rohani a reconnu sur son compte Twitter l’erreur humaine ayant conduit au crash du B737-800 d’Ukraine International Airlines. Regrettant cette « grande tragédie » et cette « erreur impardonnable », il annonce que l’enquête va se poursuivre pour identifier les responsables.

 

Une erreur humaine imputée par le ministre des Affaires étrangères iranien, Zavad Jarif, à « l’aventurisme américain », source de tension. Présentant ses condoléances, le ministre iranien a rappelé la « période de crise » actuelle entre l’Iran et les Etats-Unis. Dès jeudi 9 janvier, le président américain, Donald Trump avait émis l’hypothèse d’une « erreur ». Lorsqu’il a annoncé jeudi que l’avion avait été abattu par un missile sol-air iranien, Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, avait ajouté « ce n’était peut-être pas intentionnel ».

 

Un contexte de représailles

Mercredi 8 janvier, à quelques kilomètres de Téhéran, l’avion de la compagnie ukrainienne s’est écrasé 6 minutes après son décollage de l’aéroport international Khomeiny. Dans les heures précédentes, l’Iran avait lancé une série de missiles sur deux bases américaines en Irak en représailles à l’assassinat du général Qassem Soleimani le 3 janvier. Une exécution qui avait suivi l’attaque de l’ambassade américaine à Bagdad par des partisans pro-Iraniens le 31 décembre après des raids de l’armée américaine. Laquelle avait frappé en représailles à des attaques de roquettes.

Une erreur qui en rappelle une autre

Le 6 janvier, sur son compte Twitter, en réponse à la menace du président américain de s’attaquer à 52 sites iraniens, Hassan Rohani avait rappelé « le nombre 290 » et le vol « IR655 ». Cet appareil A330 d’Iran Air avait été abattu par erreur par les Américains le 3 juillet 1988. Il avait 290 personnes à son bord et avait décollé à destination de Dubaï.

 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *