Décision de Bruxelles : Ryanair retient son souffle

Transport

Les compagnies classiques veulent une concurrence loyale.
Austrian Airlines en conflit avec Ryanair à Llagenfurt.
Une décision négative menace « les aéroports régionaux ».
Alors que la Commission européenne devrait aujourd’hui rendre une décision à propos des aides octroyées par l’aéroport de Charleroi à Ryanair, les compagnies aériennes classiques réclament une « concurrence à armes égales » avec leur rivale en ce qui concerne les redevances payées aux aéroports. Selon Vagn Soerensen, le président de l’Association des compagnies aériennes européennes (AEA), « les compagnies classiques ne veulent pas payer 100 là où d’autres paient 10 ». Il ajoute : « Le modèle des compagnies à bas prix est extrêmement rentable » et Ryanair fera « de gros bénéfices » même si Bruxelles décide de déclarer illégaux les rabais reçus sous forme de réduction de taxe d’atterrissage ou de frais d’assistance en escale. M. Soerensen a expliqué qu’Austrian Airlines, la compagnie qu’il dirige, est en conflit avec l’aéroport de Klagenfurt en Autriche sur le montant des redevances. La compagnie exige de payer des redevances comparables à celles dues par Ryanair et « retient » actuellement la partie des redevances qui est supérieure à celle payées par la compagnie irlandaise. Son de cloche différent pour l’Assemblée des régions d’Europe (AER). « Une décision négative de la Commission européenne constituerait une menace directe pour les aéroports régionaux et aurait un énorme impact sur nos plans de développement comme sur le petit commerce et le tourisme. » L’AER ajoute : « En insistant sur une stricte application des règles de concurrence, la Commission va sérieusement enfreindre la capacité des régions d’organiser leurs services de transport. »

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *