Défaillance d’Aigle Azur : la DGAC attentive, l’Etat « mobilisé pour préserver l’emploi »

Transport

La licence d’exploitation de la compagnie Aigle Azur est transformée en licence temporaire pour la durée de la période d’observation, comme le prévoit, en pareil cas, la réglementation européenne.

Cette mesure est, selon la DGAC, sans incidence sur la capacité de la compagnie à poursuivre son exploitation pendant cette période. Les services continueront « de veiller à ce que la compagnie respecte la réglementation en matière de transport aérien et suivront, en lien avec l’administrateur judiciaire, le déroulement de la procédure de redressement judiciaire. »

Par ailleurs, l’Etat, précise la DGAC, est mobilisé pour accompagner la recherche de la meilleure solution possible pour préserver l’emploi et assurer la continuité de l’activité économique.

Aigle Azur a été placée en redressement judiciaire par le Tribunal de Commerce d’Évry. L’ouverture de cette procédure fait suite aux difficultés de trésorerie rencontrées par la compagnie depuis plusieurs mois et qui « sont suivies de près par les services de l’État compétents ». La période d’observation, au cours de laquelle la compagnie est placée sous la responsabilité d’un administrateur judiciaire, permettra d’étudier toutes les offres de reprise totale ou partielle des activités de la compagnie.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *