Delta Air Lines et US Airways évoquent le Chapitre 11

Transport

Le succès des compagnies à bas coûts est si phénoménal aux États-Unis que deux transporteurs traditionnels, US Airways et Delta Air Lines, viennent d’évoquer l’éventualité de se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites à défaut de concessions salariales. Sans retour à une structure de coûts concurrentielle, « nous devrons poursuivre des voies alternatives », y compris la possibilité d’une restructuration « sous la protection du Chapitre 11 », a affirmé Delta lundi à la Commission des opérations de Bourse (SEC). La troisième compagnie américaine a rappelé que des négociations étaient en cours avec ses pilotes pour réduire des coûts « substantiellement plus élevés » que chez les concurrents. Vendredi déjà, US Airways, un an après sa sortie du Chapitre 11, avait évoqué le risque de s’y replacer, à moins d’obtenir d’ici à l’été de nouvelles concessions de ses salariés. Baisser les coûts salariaux est en effet devenu une obsession pour les compagnies traditionnelles confrontées sur près de 80 % de leur chiffre d’affaires à la concurrence agressive des low cost. « Nos recettes continuent d’être affectées par la croissance des compagnies à bas coûts », a assuré Delta, estimant que si elles se développaient de façon significative sur ses hubs, « cela pourrait avoir des effets négatifs ». US Airways en sait quelque chose. Elle a vu arriver dimanche sur son hub de Philadelphie la redoutable Southwest Airlines, qui l’a obligée à baisser ses tarifs. « Southwest arrive à Philadelphie. Ils viennent pour nous tuer », avait amèrement prédit en mars l’ancien PDG de US Airways, David Siegel.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *