Départs en vacances : Gare aux bouchons dans les aéroports parisiens !

Transport
roissy cdg air france

Trafic en croissance structurelle, exigences en matière de sureté toujours aussi fortes, nombreux chantiers en cours… tous les ingrédients sont réunis pour que les accès aux plateformes parisiennes soient saturés. Le groupe ADP invite les passagers à prendre de la marge.

Des accès routiers aux aéroports parisiens difficiles

Un été particulièrement chargé, les mois de juillet et d’août concentrant la grande majorité des journées les plus denses, dans un contexte plus global de croissance du trafic aérien (entre +2,5% et +3,5% en 2018). Le tout couplé à une période qui voit les chantiers (une vingtaine en tout) se multiplier en aéroports ou aux abords de ses derniers, en particulier dans le cadre du Grand Paris. Bref, un certain nombre d’ingrédients sont réunis pour transformer les grands départs en galère.

Prendre jusqu’à 45 minutes de marge

C’est pourquoi Paris Aéroports conseille d’ores et déjà aux futurs passagers de prendre leurs précautions s’ils doivent prochainement se rendre – notamment par la route – à Orly ou à CDG, en prévoyant un temps de parcours plus long de 30 à 45 mn. L’idéal étant bien entendu de privilégier les transports en communs, du moins quand ces derniers sont opérationnels.

 

Même si  ADP explique actionner plusieurs leviers – base arrière taxi, fluidification des déposes minutes et actions contre les incivilités – ces problème d’engorgements routiers sont à priori appelés à s’installer durablement dans le paysage.

Paris Aéroport mise sur les sas Parafe à reconnaissance faciale

Pour faciliter la vie de ceux qui réussiront à rejoindre les aérogares à temps, et aussi pour éviter que ne se reproduise les épisodes catastrophiques de juin dernier, avec notamment des temps de passage aux postes de police ayant atteint plus de 80 mn à Orly, Paris Aéroport déploie actuellement, main dans la main avec les autorités, des sas Parafe de passage automatisés des frontières.

 

Actuellement 78 sas (63 à CDG et 15 à Orly) ont été installés, dont 46 permettant la reconnaissance faciale (21 à CDG et 15 à Orly), ce qui divise par 2 le temps de passage par rapport à la reconnaissance digitale. Le nombre total de sas éligibles à la reconnaissance faciale disponibles sur les 2 aéroports devrait monter à 98 à l’automne 2018. Ça tombe bien, 45% des passagers (UE, Suisse, Islande, Liechtenstein et Norvège) sont éligibles.

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *