Des bureaux d’Air Austral perquisitionnés

Transport
Marie-Joseph Malé, président d'Air Austral.

Jeudi 7 novembre au matin, l’Autorité de la concurrence française est intervenue à la Réunion. Elle a procédé à une perquisition dans des bureaux de la direction générale d’Air Austral. Des scellés ont été posés en lien avec l’affaire de la desserte de Madagascar par Corsair.

 

Des bureaux de la direction générale d’Air Austral ont fait l’objet d’une perquisition par l’Autorité de la concurrence française. Le 7 novembre au matin, au siège de la zone aéroportuaire, des scellés ont été posés dans le cadre d’une enquête. « La procédure de mise sous scellés reste une procédure classique, mais reste une opération quelque peu surprenante et spectaculaire » a commenté la compagnie.

 

Corsair et Madagascar

Air Austral a, en effet, communiqué le jour-même auprès des journaux. « Cette enquête est en lien avec le dossier de non-reconduction par les Autorités malgaches des droits de trafic temporaires de la compagnie Corsair entre la Réunion et Tananarive en 2018. » La compagnie a confirmé qu’elle collaborerait pleinement avec les Autorités dans le cadre de cette enquête.

 

En avril 2017, Corsair a ouvert une liaison entre Saint-Denis de la Réunion et Antananarivo, capitale de Madagascar. Si la compagnie avait bien obtenu les droits de trafic français et malgaches, un an plus tard, tout était fini. L’Etat malgache Accusée de concurrence déloyale au détriment d’Air Madagascar, Corsair a dû arrêter son vol hebdomadaire régional le 25 mars. Tout en assurant poursuivre la liaison Paris/ Tana. Air Madagascar est détenue depuis fin 2017 par l’Etat malgache à 51% et à 49% par Air Austral.

 

Dans un message adressé l’après-midi du 7 novembre à ses collaborateurs, Marie Joseph Malé, PDG d’Air Austral, a indiqué: « Je vous tiendrai informés des résultats qui seront obtenus à l’issue de l’enquête, ce pourquoi je reste totalement confiant. L’intégrité de notre compagnie que je représente fait en effet partie de mes priorités absolues mais aussi de nos valeurs communes ».

 

 

En mars 2018, les autorités de la grande île avaient suspendu le vol hebdomadaire qu’opérait Corsair International sur Antananarivo au motif que cette concurrence impactait trop les activités d’Air Mad. Corsair International qui avait pourtant obtenu les droits de trafic des autorités françaises et malgaches avait en 2017, ouvert une ligne entre Saint-Denis et la capitale malgache. Lorsque le gouvernement avait remis en cause les droits de trafic, L’Aérien, site d’actualité sur l’aviation écrivait que « la situation ne fait pas l’affaire d’Air Madagascar détenue à 49% par Air Austral et à 51% par l’Etat malgache » .
Corsair avait lancé une pétition en ligne, pour dénoncer le monopole aérien d’Air Madagascar, elle avait récolté à l’époque récolté plus de 200 signatures d’internautes en 24 heures.

 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *