Dublin : Une nouvelle idée de court séjour pour les Lyonnais

Transport

Et si les habitants de la région rhône-Alpes se laissaient tenter par une pause détente au royaume de la Guinness et des pubs, patrie du dramaturge Oscar Wilde, du romancier James Joyce ou de Jonathan Swift, l’auteur des Voyages de Gulliver ? Grâce au vol direct d’Aer Lingus mis en place le 28 mars dernier, la capitale irlandaise est en effet désormais à deux heures de vol de Lyon. Promenade dans la ville.
Le compte à rebours a commencé… Le 16 juin prochain, Dublin fêtera en grande pompe James Joyce et cette journée où son Ulysse entra en scène ! La ville, qui rend chaque année hommage à Joyce et au protagoniste de ce roman, Léopold Bloom, se devait de marquer plus encore ce 16 juin 2004. Et le festival durera cinq mois ! Étonnante capitale irlandaise. Cosmopolite, enjôleuse et joyeuse en toute saison ! Tout semble prétexte à la fête et à la bonne humeur, comme si le douloureux passé de ce peuple, poussé à travers le monde pour fuir la famine, lui avait donné le goût de l’amusement ! Et des pubs… La ville d’Arthur Guinness en compte un bon millier. Il y en a évidemment pour tous les goûts. En bières et en ambiance. Pour une soirée typiquement irlandaise où chacun s’essaye à la danse comme le O’Sheas Merchant ou, dans un style plus art déco, une rencontre amicale dans le très vaste Café en Seine. Et pour les grands amateurs de brune – et les autres -, la visite du Guinness Storehouse s’impose. Un vaste musée a été installé là même où furent concoctées, en 1759, les premières pintes de cette bière brune typique (aujourd’hui 5 millions de pintes produites chaque jour !). Sept étages de présentation ouverts en novembre 2000 qui se sont vu décerner en octobre 2003 le THEA (Themed Entertainment Association) Award… Les 13,5 E d’entrée donnent accès au bar panoramique, le Gravity, où chacun se voit offert une pinte et un sacré point de vue sur la ville, sur 360 ° ! Un regard panoramique qui invite à une exploration plus minutieuse de la cité. En avant donc pour un tour en autocar à ciel ouvert, les « hop on/off » : une heure et demie de visite guidée avec 19 haltes pour découvrir les principaux monuments (adulte 12,5 E, enfant 6 E). Mais l’on peut aussi découvrir Dublin en flânant sur les allées pavées de cette cité fondée par les Vikings, le long de sa rivière Liffey et des galeries d’art du quartier culturel alternatif deTemple Bar… Cette ville de 1,5 million d’habitants offre un concentré d’histoire architecturale, du Moyen Age à l’époque géorgienne ou plus moderne. Ici la Record Tower du château anglo-normand vieille de huit siècles, là une enfilade d’élégants édifices géorgiens, parmi lesquels Number Twenty Nine, maison géorgienne reconstituée (oh ! que le lit de Madame est haut et bien court), plus loin les immenses serres de ce jardin botanique national aux milliers de roses… Et difficile de manquer Trinity College, cette institution fondée en 1592 aux larges cours de style élisabéthain. Étalée sur 22 hectares, cette université – la plus ancienne d’Irlande – constitue un repère idéal pour le touriste. Et un lieu incontournable de visite. Sa bibliothèque comprend la plus grande collection de manuscrits et de livres imprimés d’Irlande, soit plus de 200 000 ouvrages dont certains vieux de neuf siècles ! Un espace d’exposition présente même le livre de Kells, d’Armagh et Durrow, fabuleux manuscrit médiéval des Évangiles avec enluminures et riches dessins. Autres trésors à découvrir à quelques pas de là, la grande collection d’objets décoratifs en or de l’âge de bronze au Musée national d’Irlande. Et puis il y a toutes ces églises, dédiées au culte et quelquefois transformées en OT ou hôtel… C’est d’ailleurs dans le jardin de la cathédrale qui porte aujourd’hui son nom que saint Patrick baptisa les premiers fidèles au Ve siècle. « Cette ville à taille humaine réserve bien des surprises aux visiteurs. Et ce tout au long de l’année. Le temps d’un week-end, pour une halte avant la traditionnelle virée vers l’Ouest et ses paysages mythiques ou comme point de départ d’un séjour golf (400 terrains sur l’île), pêche ou randonnée… », conclut Claudine Hédin, de l’OT d’Irlande à Paris. Et la responsable d’énumérer les mille et une raisons de profiter de ce vol direct depuis Lyon, opéré par Aer Lingus le lundi, mercredi, vendredi et dimanche en Boeing 737-500 (à partir de138 E HT l’A/R). Pour vibrer sur les musiques des nombreux festivals musicaux organisés dans Dublin, vivre les cinq jours de fête du Saint Patrick’s Festival programmé depuis neuf ans en mars, plonger dans le Dublin littéraire, partir à la recherche du fantôme des châteaux et manoirs environnants ou se balader dans les petits villages de pêcheurs tout proches…
La France, un marché fidèle
Incontestablement Dublin est une destination pour se ressourcer. « 40 % de la clientèle française revient en Irlande après un premier voyage », confirme, satisfaite, Claudine Hédin, directrice marketing et communication de l’office du tourisme irlandais à Paris. Et elle a de quoi. L’Irlande enregistre une progression régulière des touristes français, + 7 % en 2002, + 8 % en 2003 avec 321 000 visiteurs. Les habitants de la région Rhône-Alpes représentaient l’an dernier 10 % du total de la clientèle française.
Quelques TO régionaux ont choisi des niches sur l’Irlande
Les voyagistes français ont mis en place une grande variété de programmes vers l’Irlande. Ceux du Sud-Est ne sont pas en reste. Parmi eux, on peut citer Comptoir des Horizons (Chambéry), Grand Angle (Méaudre), Grand Golf (Lyon), Halieutours (Genas), Jet tours Chasse et Pêche dans le Monde (Lyon), Quartier Libre (Lyon), Plein Vent (Nice)…
On a adoré ou moins aimé…
Ces vertes pelouses où se dressent narcisses et jonquilles par centaines, caressées par un soleil blagueur.
Ces petits plats à déguster souvent tôt (certains restos proposent même des prix plus bas pour leurs premiers clients) ; la cuisine, ils s’y connaissent les Irlandais
La fermeture des magasins. A 18 h pour la plupart. Un élément à mentionner à vos clients pour qu’ils puissent organiser leur journée shopping en fonction.
Le paiement des collations sur le vol d’Aer Lingus.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *