Emirates ajoute des vols au départ de Paris

Cinq vols hebdo de plus en avril 2005 sur CDG-Dubaï.
Hausse d’offre de 40 % avec un biquotidien en avril 2006.
Emirates opèrera 17 vols par semaine au départ de France.
Cette fois-ci, c’est la bonne. Après le refus en février dernier de la part des autorités françaises d’accorder à Emirates l’ajout d’un deuxième vol quotidien sur la ligne Paris-Dubaï, les dernières négociations bilatérales qui se sont déroulées mi-septembre entre la France et les Emirats arabes unis (EAU) ont, selon nos informations, donné satisfaction à la compagnie du Golfe. Interrogée lundi, Emirates ne voulait pas s’exprimer avant la conférence de presse qui se tient ce matin à Paris. De source informée, la compagnie pourra passer en biquotidien en deux étapes. Elle peut ajouter à son vol quotidien au départ de Paris cinq vols hebdomadaires à partir de la prochaine saison été qui commencera début avril, puis passer en avril 2006 à deux vols par jour. A cette date, Emirates, qui exploite aussi trois vols par semaine au départ de Nice, assurera 17 fréquences hebdomadaires entre la France et son hub de Dubaï. Soit, la plus grosse offre long-courrier au départ de l’Hexagone de la part d’une compagnie étrangère dans le sens « ouest-est ». Par rapport à aujourd’hui, l’augmentation de capacité d’Emirates au départ de Paris sera de l’ordre de 30 % en avril 2005 et de 40 % en avril 2006, ces vols devant être opérés en Airbus A330-200 de 245 sièges ou en A340-300 de 265 sièges, d’une capacité inférieure aux Boeing 777-300 de 385 places assurant le vol quotidien actuel. La menace d’annulation de commandes d’avions auprès d’Airbus qu’aurait fait peser Emirates sur les autorités françaises (selon Aéronautique & Business du 4 mars 2004) a sans nul doute joué pour obtenir les droits de trafic supplémentaires. La croissance de trafic sur la route également. Accusée par ses détracteurs d’utiliser ses droits de trafic entre Paris et Dubaï pour acheminer des passagers français vers d’autres pays à l’est du globe via son hub de Dubaï (trafic de 6e liberté), Emirates enregistre en effet une croissance de ses ventes de point à point plus rapide que sur ses vols en connexion (Cf. QDT n° 2368 du 30/04/2004). Aujourd’hui, la destination Dubaï représenterait 40 % de l’activité de la compagnie en France, contre 32 % en 2003.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *