Emirates détecte en 10 minutes si ses passagers ont le Covid-19

Transport
Covid-19 emirates test
Emirates a mis en place des tests pour détecter rapidement des cas Covid-19 parmi ses passagers, en lien avec l'Autorité de la santé de Dubaï. ©Adobe Stock

La compagnie aérienne de Dubaï a annoncé mercredi être la première à organiser des « tests rapides » à l’aéroport. L’objectif : détecter le coronavirus parmi ses passagers.

 

Dix minutes. C’est le temps qu’il faut à Emirates pour détecter le coronavirus avec ses « tests rapides ». La compagnie aérienne dubaïote a en effet annoncé le 15 avril être capable d’organiser des « tests rapides » à l’aéroport international de l’émirat pour détecter en quelques minutes des cas de Covid-19 parmi ses passagers.

 

Ainsi, « les passagers du vol de [mercredi] à destination de la Tunisie ont tous subi un test Covid-19 avant leur départ de Dubaï », a affirmé Emirates dans un communiqué. Il s’agit d’un test sanguin effectué par l’Autorité de la santé de Dubaï. Les transporteurs aériens des Émirats arabes unis sont autorisés depuis la semaine dernière à assurer un nombre limité de vols pour rapatrier des étrangers qui étaient dans le pays.

Gestes barrière, masque et gants obligatoires

 

Le mystère demeure en revanche sur le nombre de passagers testés, le résultat de leur test ou encore sur ce qu’il advient des personnes testées positivement au coronavirus. « Nous travaillons sur des projets visant à accroître les capacités de test à l’avenir et à les étendre à d’autres vols », assure le directeur des opérations d’Emirates dans le communiqué.

 

La compagnie assure également avoir imposé des gestes barrière aux passagers et aux employés comme le respect d’une certaine distance ainsi que le port obligatoire de gants et d’un masque. Les Emirats arabes unis ont officiellement annoncé près de 5 000 cas d’infection et 28 décès dus à la maladie.

 

Emirates a par ailleurs réduit ses coûts en baissant pour une durée de trois mois de 25 à 50% les salaires de base de la plupart de ses quelque 100 000 employés, en grande majorité des travailleurs expatriés, en soulignant que cette décision avait pour but d’éviter des licenciements.

Publié par Manon Gayet
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *