Emoi médiatique pour un charter sorti de piste à Orly

Transport

Air Plus Comet affrété par Corsair.
Le vol venait de Salvador de Bahia.
S’il n’y avait pas eu le crash d’un Boeing 737 de Flash Airlines il y a 10 jours, et le déferlement médiatique à l’encontre des compagnies charter qui a suivi, l’incident mineur qui a concerné un appareil d’Air Plus Comet samedi dernier à Orly n’aurait pas eu d’écho. Or, les journaux de télévision n’ont pas hésité à parler au « 20 heures » de l’Airbus A310 de la compagnie espagnole en provenance de Salvador de Bahia pour le compte de Marsans (qui a vendu des sièges au couple Club Med/ Jet tours) qui à Orly, alors qu’il se dirigeait vers la porte de débarquement après avoir atterri, a dérapé pour se retrouver sur la pelouse sans faire de blessés. Air Plus Comet est en fait affrété par Corsair, expliquant ainsi que le vol avait un numéro Corsair. « Depuis le 19 décembre, Air Plus Comet a basé un appareil à Orly et assure cinq à six rotations pour Marsans et Corsair », indique Bruno Gallois, DG de Marsans-Transtours. Dans la polémique en cours sur les charters, certains passagers ont déclaré qu’ils n’étaient pas au courant qu’ils voyageraient sur Air Plus Comet. Marsans indique que sur la confirmation est inscrit le nom de la compagnie « pavillonnaire », en l’occurrence Corsair, et la compagnie opératrice (Air Plus Comet). « En matière d’affrètements, nous avons une liste de compagnies à affréter et Air Plus Comet en fait partie », explique Laurent Magnin, directeur commercial France de Corsair. D’autant qu’Air Plus Comet, inconnue du grand public, est très connue en Espagne. La compagnie appartient aux actionnaires du groupe Marsans, propriétaires également du transporteur argentin Aerolineas Argentinas. Elle possède une flotte de sept appareils (6 Airbus A310 et un Boeing 747) et, insiste Bruno Gallois, « répond aux mêmes règles en matière de sécurité que tous les transporteurs européens ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *