En chiffres : l’impact de la crise sanitaire sur le secteur aérien

Transport
Le nombre de vols dans le monde s'est effondré début avril de -80% par rapport à la même période en 2019. ©Adobe Stock

L’Association internationale du transport aérien (Iata) a publié le 14 avril des nouvelles prévisions de pertes financières pour le secteur aérien en conséquence de la crise sanitaire du Covid-19.

 

314 milliards de dollars : c’est le montant que représente la baisse du chiffre d’affaires des compagnies aériennes en 2020 liées à la propagation du coronavirus, selon une nouvelle estimation publiée mardi par l’Association internationale du transport aérien (Iata). Ce qui représente une chute de 55% par rapport aux revenus enregistrés l’année dernière.

 

Pour obtenir ce chiffre, l’organisation prend en compte des restrictions de déplacements qui pourraient être plus longues que prévu et un impact sévère du Covid-19 partout dans le monde, y compris en Afrique et en Amérique latine. Le nombre de vols dans le monde s’est en effet effondré début avril de –80% par rapport à la même période en 2019, selon Iata. « A part quelques vols de fret et quelques vols de rapatriement, l’industrie est plus ou moins clouée au sol », a précisé Brian Pearce, responsable financier de l’organisation.

 

Ce chiffre pourrait encore s’aggraver si la situation venait à durer trop longtemps. Il y a trois semaines, ces pertes avaient en effet été évaluées à 252 milliards de dollars, soit une baisse de 44% par rapport à l’année précédente. « Les prévisions du secteur s’assombrissent de jour en jour. L’ampleur de la crise rend une reprise en forme de +V+ (chute suivie d’un rebond immédiat, ndlr) peu probable. Il s’agira d’une reprise en +U+ (une chute suivie d’une stagnation avant la reprise, ndlr) », a de son côté commenté le directeur général de l’Iata, Alexandre de Juniac.

 

Iata, qui regroupe 290 compagnies aériennes, reste donc sur le pont pour préparer la sortie de crise. Toujours selon le directeur général, des réunions devraient démarrer à partir de la fin de la semaine pour mettre au point, avec les gouvernements, « un plan de redémarrage du secteur selon une approche par régions » dans le monde et basé vraisemblablement sur une reprise d’abord des vols « intérieurs, puis régionaux, puis continentaux et enfin intercontinentaux ».

Publié par la rédaction avec l'AFP
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *