En Colombie, Air France peine à reprotéger ses clients

Transport

Victimes collatérales de la tempête Xinthia, de nombreux passagers d'Air France sont toujours bloqués un peu partout dans le monde. En Colombie, la compagnie, qui compte un vol de moins cette semaine, peine a reprotéger ses clients, dont les représentants des tour-opérateurs de retour du salon Anato.Depuis dimanche dernier, des dizaines de passagers prévus sur le vol Bogota/Paris, sont bloqués dans la capitale colombienne. Initialement prévus sur le vol AF0423 devant atterrir à CDG lundi matin, les clients d'Air France avaient accepté la fatalité pensant embarquer en priorité sur le vol du lendemain. Or ce n'est pas ce qui s'est passé. Lundi, arrivés plus de 4 heures avant le départ du vol, ils apprennent en effet que seuls les passagers initialement réservés sur le vol du 1er mars embarqueraient. Parmi ces victimes co-latérales on retrouve sept TO Français de retour du salon Anato, le rendez-vous annuel du tourisme colombien. Lundi soir, toujours bloqués à Bogota, ces derniers avaient du mal à comprendre la situation. "La meilleure solution trouvée par AF était de nous faire rentrer le 5 mars. Nous sommes le 1er. J'ai cru à une blague" témoigne Guy Bigiaoui patron de Safran du Monde. "La compagnie aurait du embarquer en priorité les passagers de la veille. Au lieu de cela, elle nous invite à rester 4 jours de plus ici à nos frais, comme si nous n'avions ni famille, ni travail" ajoute Antoine Paucot DG d'Ikhar qui se demande ce que dit la loi en pareil cas. Invoquant le cas de force majeure, Air France, n'a pris en charge ni l'hébergement ni les repas des passagers restés sur le carreau. Dans le cas des TO, c'est Proexport, l'organisme de promotion de la Colombie qui a pris le relais en leur réservant un hôtel. "Ce n'était pas prévu dans notre budget, mais nous n'allions pas abandonner nos invités" explique Diana Serpa, de Proexport France qui déplore le manque de concertation et d'efficacité du personnel Air France sur place. "Le directeur commercial de la compagnie ici à Bogota m'avait assuré qu'il s'occuperait du dossier. Rien n'a été fait." Au final, en bon professionnel du tourisme, les TO se sont pris en main pour trouver les meilleures solutions de repli. L'un sur Amadeus, l'autre au comptoir Air France, ils ont fini, avec l'aide précieuse, il faut le reconnaître, du superviseur AF à Bogota, par se faire re-router mardi via Atlanta pour les uns, Caracas et Madrid pour les autres. "Si nous n'avions pas insisté, nous aurions du attendre vendredi pour rentrer" s'étonne Karine Lastennet chef de produit chez Caractères d'Amériques. Interrogée, la superviseur AF confirme que "tous les vols Paris/Bogota/Paris sont complets cette semaine" condamnant les derniers passagers à ne renter que la semaine prochaine. On dirait bien qu'Air France a déjà adopté le nouveau slogan de l'OT : "La Colombie, vous ne voudrez plus en repartir".

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (2)

  1. Je suis étonné de la teneur de cet article. Je trouve qu’il est fait grand cas des Agents de voyage bloqués en Colombie, alors que ceux-ci sont de très loin les mieux placés pour comprendre les causes, accepter les conséquences, et trouver des solutions de remplacement par eux-mêmes.
    J’ose espérer que le superviseur AF, avec la bienveillante compréhension des agents de voyage présents sur place, s’est occupé en priorité de rerouter les touristes non membre de la profession, y compris les individuels, qui eux aussi n’ont pas forcément le budget pour se loger une semaine de plus, et ont également une famille et un travail, avec des employeurs légitimement bien moins compréhensifs.

    F. Castaing

    Reponse de la rédaction :
    La critique est facile bien calé dans un fauteuil moelleux derrière son ordinateur avec un café fumant à portée de mains. Mais je ne suis pas sûre que vous n’auriez pas été les premiers à faire un scandale au desk AF pour faire partie des passagers prioritaires.Ce que ces TO n’ont pas fait, se débrouillant presque seuls. Bonne fin de journée.

    Sarah Douag…enfin rentrée de Colombie, une destination magique.

    1. Bonjour,

      je suis tout à fait d’accord, on fait tout un foin pour quelques TO bloqués sur place, alors que des centaines de pax qui ont payé souvent très cher pour un A/R se retrouvent bloqués.
      Ces TO peuvent en effet se loger à moindre coût, ce qu’un pax lamba ne peut pas faire …..

      Ayez un peu de retenue, mesdames messieurs les TO !

      Facile aussi de critiquer la compagnie AF, qui est victime des intempéries….

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *