Environnement : Air France va compenser l’intégralité de ses émissions de CO2 sur ses 500 vols intérieurs

Transport
Anne Rigail, directrice générale d'Air France, interrogée par François-Xavier Izenic sur le salon IFTM Top Resa.

Inaugurant la formule des CEO Talks mis en place cette année sur le salon IFTM Top Resa, Anne Rigail, directrice générale d’Air France, s’est notamment exprimée sur la stratégie environnementale de la compagnie. Avec pour principale annonce, la compensation de 100% des émissions de CO2 d’Air France sur ses vols intérieurs.

 

 

« Nous devons mieux communiquer, être davantage pédagogique pour faire comprendre que l’environnement est véritablement un sujet stratégique pour nous. Ce n’est pas que de l’opportunisme » a expliqué Anne Rigail interrogée sur le salon IFTM Top Resa par François-Xavier Izenic. La dirigeante a également rappelé « qu’une direction développement durable a été mise en place dès 1996 ».

 

Outre la nécessité de renouveler la flotte, et afin de réduire l’empreinte carbone de la compagnie, Anne Rigail a annoncé qu’Air France s’engage à compter du 1er janvier 2020 à compenser l’intégralité des émissions de CO2 de ses vols domestiques, « cela représente 500 vols par jour, soit 350 routes ». Cette compensation va notamment se traduire par la protection de forêts et des plantations d’arbres. « D’ici à 2030, nous allons baisser de 50% l’empreinte carbone par passager » a ajouté Anne Rigail.

 

Interrogée sur l’écotaxe qui doit être mise en place dès l’an prochain (1,50 euro par passager en classe économique et 18 euros en classe affaires sur les vols au départ de la France), Anne Rigail a précisé qu’il était « contreproductif d’assigner cette taxe aux investissements du ferroviaire ou du routier qui sont déjà bien subventionnés ». Selon elle, « ce type de taxe devrait encourager le transport aérien à construire son futur ». Comment ? Par exemple, « en finançant des programmes pour travailler sur des nouvelles technologies d’avion ou la création d’une filière de nouveaux carburants comme le biofuel ». « Nous avons besoin d’investir dans la recherche, dans des carburants alternatifs pour construire notre futur » a ajouté Anne Rigail.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *