Environnement : Pour Air France le plastique n’est plus du tout fantastique

Transport

C’est à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement du 5 juin, mais aussi dans un environnement politico-médiatique largement défavorable au transport aérien, qu’Air France a annoncé sa volonté de supprimer 1 300 tonnes de plastique à usage unique utilisés chaque année à bord de ses avions d’ici la fin 2019.

 

Le vol AF378, opéré le 5 juin entre Paris et Détroit doit servir de test grandeur nature. Air France a remplacé de nombreux produits en plastique à usage unique offerts aux clients par des articles fabriqués à partir de matières biosourcées : Couverts, gobelets, bâtonnets… les clients du vol AF378 se sont vu offrir des produits fabriqués en matières biosourcées (bois, bambou, produits issu de l’amidon de maïs) en lieu et place des produits à usage unique en plastique habituellement distribués en vol.

 

A terme, la compagnie veut supprimer 1 300 tonnes de plastique à usage unique, soit 210 millions d’articles d’ici fin 2019. Ils seront remplacés par des alternatives durables à bord de tous ses vols :

  • 100 millions de gobelets en plastique remplacés par des gobelets en carton .

 

  • 85 millions de couverts en plastique remplacés par des pièces fabriquées et conditionnées à partir de matières biosourcées.

 

  • 25 millions de bâtonnets en plastique remplacés par des mélangeurs en bois .

 

D’ici la fin de l’année, ces innovations représenteront l’économie de 1 300 tonnes de plastique. Par ailleurs, depuis 2015, Air France ne propose plus de pailles à bord, soit 1,3 million d’unités en plastique en moins.

 

Le vol AF378 du 5 juin entre Paris et Détroit est opéré en Boeing 787-9, un appareil de dernière génération dont la consommation de carburant est inférieure de 20% à celle des avions de conception moins récente et l’empreinte sonore significativement réduite.

 

Les pilotes optimiseront la route du vol en fonction de la météo et du poids de l’avion. Ces techniques d’éco-pilotage permettront d’atteindre une consommation maîtrisée de l’ordre de 2,7 litres par passager aux 100 km.

 

On retrouve là les trois axes majeurs de la compagnie pour répondre aux enjeux environementaux :

  • Limiter et compenser ses émissions de CO2.

 

  • Réduire, recycler et valoriser ses déchets .

 

  • Limiter l’empreinte sonore de ses activités.

 

Les actions menées par le groupe depuis 2011 ont déjà permis de réduire de 20% ses émissions de CO2 par passager, et d’atteindre en 2018 l’objectif fixé à 2020. Reste maintenant à le faire savoir

 

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *