Eurolines s’arme face à l’essor des low cost à l’Est

Transport

Stratégie en Pologne et Tchéquie.
Exemple d’une résistance, le Portugal.
Baisser le pare-chocs devant les low cost, ce n’est pas vraiment le genre d’Eurolines. Et pourtant, son directeur général, Alain Leclère, le reconnaît volontiers : « Les compagnies low cost commencent à nous concurrencer sur certains axes ». Au premier rang d’entre eux figure la République tchèque, avec l’arrivée de Smartwings, une filiale de Travel Service. « Nos autocars ne desservent pas suffisamment de villes dans ce pays pour peser suffisamment sur le marché. » L’autocariste n’entend pas se laisser distancer : « Depuis le mois d’avril, nous développons notre réseau en Pologne, autre pays qui a vu la naissance de compagnies low cost. » Ramasser les clients éparpillés sur tout le territoire français pour les déposer sur tout le territoire étranger, telle est la recette pour conserver ses parts de marché. Cette stratégie passe par la multiplication des arrêts, mais surtout par l’intégration de partenaires et d’autocaristes locaux, capables d’étendre la toile d’Eurolines dans les pays cibles, d’accroître sa force de vente, sa capacité productive et son influence au sein d’Eurolines Organisation, une association de transporteurs européens, dont Eurolines France fait partie. C’est ainsi que cette dernière a fait l’acquisition de Pekas Bus en Pologne et a profité depuis quelques années de son partenariat avec Internorte, Intersul et Intercentro au Portugal. « Dans ce pays nous pouvons ainsi mieux résister à Air Luxor qui ne dessert que Lisbonne et Porto pendant que nous allons dans 120 moyennes et grandes villes du pays », ajoute le DG. Parallèlement, le transporteur lance des tarifs promotionnels à 99 euros contre 140 euros habituellement. « De plus, nous introduisons le même système que nos concurrents, les prix sont d’autant moins élevés que les réservations sont précoces. » A un mois du départ, les réductions peuvent aller jusqu’à 30 %. Le Portugal est la 3e destination d’Eurolines (200 000 passagers en 2003, + 6 % par rapport à 2002) derrière le Maroc et l’Espagne.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *