Fin de la grève des pilotes, Air France à la reconquête de ses clients

Transport

"Mes premiers mots seront pour nos clients et tous les voyageurs qui ont été pénalisés par cette grève. Je leur renouvelle nos excuses et je leur dis que l'ensemble de nos équipes de la direction n'ont jamais cessé de penser à eux", a déclaré le PDG du groupe Alexandre de Juniac.Il a appelé l'ensemble des personnels à se remettre "vite au travail pour faire voler (les) avions et faire rêver (les) passagers". De son côté, le PDG de la compagnie française, Frédéric Gagey, a indiqué que la "priorité dans l'immédiat est de rétablir un trafic normal". Il a demandé aux passagers de faire preuve de "compréhension pour les prochaines 36 heures", temps qu'il faudra pour réorganiser les vols. "Je veux leur dire notre motivation absolue pour retrouver leur confiance et à quel point nous avons hâte de les retrouver sur nos lignes et dans nos avions", a-t-il insisté. Alexandre de Juniac a par ailleurs une nouvelle fois souligné que le développement de Transavia était stratégique alors que le protocole d'accord n'a toujours pas été signé par les représentants des syndicats de pilotes. "Nous allons maintenant nous atteler au développement de Transavia en France avec l'ambition prévue. (…) Nous allons pouvoir enfin lutter à armes égales avec les compagnies low cost concurrentes. Cette réforme est vitale", a-t-il commenté. Le SNPL avait annoncé à la mi-journée la fin de la grève après 14 jours de conflit et vouloir "poursuivre les discussions dans un cadre plus serein".

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (3)

  1. Pas un mot dans les médias de la part de notre premier ministre et d’aucun dirigeant pour souligner les efforts des agents de voyages et de tous les intermédiaires du tourisme durant cette grève …. et là encore pas un mot d’excuse du PDG envers nous tous qui avons eu à subir les clients pas toujours compréhensifs envers nous, à travailler de longues heures, des soirées, des week-ends dans un stress énorme pour essayer de trouver des solutions, sans oublier les pertes financières qui mettront en péril certaines agences… alors Mr de Juniac, un peu de décence aussi en n’omettant pas de nous mentionner car la reconquête de votre clientèle passera aussi par la reconquête de la confiance de l’industrie du tourisme qui devra croire en votre capacité à gérer une crise avant qu’elle ne prenne de telles ampleurs.

  2. Le plan Transform 2020 a vécu. Les pilotes ont obtenu l’abandon pur et simple du projet Transavia Europe qui aurait pu entraîner des délocalisations et des baisses de rémunération s’il avait été adopté. Ce combat là était de prime abord compréhensible à défaut d’être justifié
    La surenchère des pilotes, voulant humilier davantage encore une direction atone et incapable de nouer un dialogue social, en réclamant l’abandon du projet Transavia France et le contrat unique est en revanche incompréhensible et inexcusable. Cette grève catégorielle, élitiste et corporatiste laissera des traces indélébiles, tant au sein des personnels de la compagnie , qu’en termes de résultats d’exploitation.
    Quant à l’image de la compagnie, en pleine promotion publicitaire de sa montée en gamme, mieux vaut ne pas en parler. La reconquête de la clientèle s’annonce ardue.
    N’en déplaise au S.N.P.L., il est vital pour Air France de développer une filiale Low Cost sur les lignes métropolitaines, l’avenir appartenant sans aucun doute à ce type de compagnie. Le récent accord signé entre Amadeus et Ryanair est là pour nous le rappeler…

  3. Il y a 20 ans on avait Air Inter qui était une low-cost malgré des tarifs élevés avec peu de service à bord, dommage qu’en la rachetant AF l’est fondue dans le groupe, aujourd’hui on voit bien que si on avait développer le moyen courrier en low-cost tout se porterait mieux même le long courrier AF, que de retard pris, c’est bien dommage.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *