Grève Air France : Quels recours pour les voyageurs ?

Transport

Liligo.com, moteur de recherche de voyage, s’associe avec Air indemnité, spécialiste de l’indemnisation des passagers aériens, pour informer les voyageurs vis-à-vis de l’action initiée par 10 syndicats d’Air France pour réclamer une augmentation générale des salaires de 6 %. A quoi peuvent prétendre les voyageurs en cas de grève et d’annulation de leur vol ? La réponse avec liligo.com et Air Indemnité.

Rappel des conditions du préavis de grève

Mercredi 21 février, Air France a annoncé dans un communiqué que 75 % de son programme de vols sera assuré compte tenu d’un taux de grévistes estimé à 28 % pour cette journée. Il s’agit d’un mouvement d’ampleur nationale. Air France précise dans son communiqué qu’elle prévoit d’assurer  « 75 % de son programme de vols », dont « 50 % de ses vols long-courriers au départ de Paris », « 75 % de ses vols moyen-courriers au départ et vers Paris – Charles-de-Gaulle » et « 85 % de ses vols court-courriers »

Quels sont les droits des passagers en cas de grève ?

En cas d’annulation ou de refus d’embarquement, la compagnie est censée proposer au voyageur un vol de remplacement dans les meilleurs délais. Il doit alors s’assurer que cette dernière peut effectivement mettre à sa disposition un vol de remplacement sur ses vols ou ceux d’une autre compagnie avant d’acheter un autre billet à ses frais. Si le montant de celui-ci est supérieur au billet d’origine, il risquerait de perdre la différence. Les voyageurs ayant réservé via un organisme de voyages, pourront se faire assister dans les démarches.

 

Pour se faire rembourser et/ou indemniser, les passagers doivent conserver tous leurs documents de vol (cartes d’embarquement, étiquettes bagages, attestation d’annulation, de retard ou de refus d’embarquement), ainsi que les factures des frais qu’ils pourront engager en attendant leur vol de remplacement (hôtel, restaurant, transport).

 

Si le passager est prévenu du mouvement de grève moins de 14 jours avant le départ de son vol, il sera potentiellement éligible à une indemnité.

 

En cas d’annulation, de retard ou de refus d’embarquement, si le voyageur a un vol en correspondance, il doit le faire savoir à la compagnie afin qu’il soit pris en charge en priorité.

Force majeure ou pas ?

En cas de grève du contrôle aérien, les compagnies ne sont pas tenues d’indemniser les passagers.

En France, la grève du personnel d’une compagnie n’est pas considérée comme une circonstance d’être exonéré de responsabilité et permet potentiellement d’obtenir une indemnité de 250 à 600 € en cas d’annulation, de retard ou de refus d’embarquement sur le vol.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *