Grève des pilotes d’Air France : et maintenant les histoires de gros sous !

Transport

Après deux semaines de grève, les syndicats de pilotes d'Air France et la compagnie ferraillent de nouveau, cette fois sur le décompte des jours de grève de la paye des pilotes. Le SNPL AF Alpa, majoritaire chez les pilotes de la compagnie, et Alter, accusent Air France de retirer à un grand nombre de pilotes leur rémunération pour des jours où ils n'étaient pas déclarés grévistes. Selon le porte-parole du SNPL Guillaume Schmid, "Air France persiste à déclarer abusivement grévistes des pilotes sur des jours où ils ne se sont pas déclarés". La "plupart" des pilotes sont concernés selon lui, sans être en mesure de donner plus de précisions. La direction juge ces accusations totalement infondées. D'après elle, les pilotes ne se déclarent grévistes que le premier jour d'une rotation, alors même que celle-ci impose un déplacement sur plusieurs jours. Or, "on ne peut pas couper la rotation en séparant le premier jour des suivants", explique le directeur juridique d'Air France, Franck Rimbaud. "Soit on a annulé la rotation à cause de la grève, soit quelqu'un d'autre prend l'activité; dans les deux cas, on ne peut pas remettre un gréviste le deuxième jour sur la rotation annulée." La grève à Air France, qui a démarré le 15 septembre, a duré 14 jours, soit le plus long conflit de pilotes au sein de la compagnie aérienne française.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (3)

  1. Si jamais AF paye les salaires des jours de grève aux pilotes qui ont semé une belle pagaille dans la profession…qu’il n’oublie pas de régler aussi les heures et jours où les agences doivent travailler GRATUITEMENT et prendre du retard dans le traitement des dossiers courants….merci de donner l’adresse où envoyer nos RIB…:((

  2. bravo et bien dit !
    Les pilotes d’Air France font comme si ils découvrent la brutalité du système.
    Une fois de plus l’argument du nationalisme économique est ressorti justement par ceux qui n’en ont absolument rien à f…sauf quand ça touche leur portefeuille.
    Le véritable nationalisme est celui de la solidarité avec le reste du personnel quand celui ci qui lui subit vraiment la brutalité du système, en a besoin

  3. La grève des pilotes d’Air France a débuté le 14 octobre pour se terminer deux semaines plus tard par un échec total de part et d’autre : aucun accord n’a été signé ; la direction a abandonné son projet de créer une compagnie Transavia Europe à l’étranger tandis que les syndicats n’ont pas obtenu la suppression d’un deuxième type de contrat pour Transavia France.

    Ils ont réussi une opération « perdant-perdant » ce qui est assez exceptionnel, et même une première, dans l’Histoire du transport aérien national.

    Cela vient du fait que le problème de fond n’a jamais été évoqué, par aucune des parties, dans les négociations.

    C’est celui du différentiel de charges sociales entre la compagnie nationale et les compagnies étrangères.

    http://euroclippers.typepad.fr/alerte_ethique/2014/10/gr%C3%A8ve-des-pilotes-le-diff%C3%A9rentiel-de-charges-sociales-avec-lallemagne-et-les-pays-bas.html

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *