Grève des pompiers : des centaines de passagers aériens bloqués à Tahiti

Transport

Plusieurs centaines de passagers ont dû prolonger leur séjour en Polynésie française, depuis le début, lundi 15 mai, de la grève des pompiers de l’aéroport de Tahiti-Faa’a, a indiqué mardi à l’AFP la société Aéroport de Tahiti (ADT).

Plusieurs vols de la compagnie Air Tahiti Nui ont été reportés, tout comme un vol de la compagnie latino-américaine Latam. Certains ont finalement pu partir après d’importants retards. D’autres compagnies, comme Air France ou Air New Zealand, pourraient être concernées dans les prochains jours si ce mouvement social très suivi se prolonge dans le seul aéroport international de cette collectivité du Pacifique. Les pompiers en grève demandent la création de primes et l’instauration d’un accord d’établissement spécifique à leur service, ce que refuse la direction d’ADT. Les négociations ont été interrompues et n’avaient pas repris mardi soir à Papeete (mercredi matin à Paris). L’armée a fourni 150 lits de camp lundi soir pour les touristes bloqués à l’aéroport. D’autres voyageurs ont pu être relogés, mais la plupart des hôtels sont complets. Ces difficultés devraient se reproduire dans la nuit de mardi à mercredi (dans la journée de mercredi à Paris), selon ADT, qui paiera des repas à tous les passagers bloqués. « Ce n’est rien à côté de la perte d’exploitation et du coût pour les compagnies, et c’est catastrophique en terme d’image: ces  grévistes prennent en otage la Polynésie, mais on ne cédera pas à ce chantage » a déclaré à l’AFP Eric Dumas, le directeur d’ADT, selon lequel il devrait y avoir « 250 passagers en souffrance la nuit prochaine ». La compagnie de vols intérieurs Air Tahiti a indiqué que « seuls les vols entre Tahiti, Bora Bora, Raiatea et Rangiroa pourront être assurés ». Les vols à destination des îles moins peuplées ou plus éloignées ont été annulés. Le ministère du tourisme local a demandé aux hôtels et aux transporteurs touristiques de ne pas transférer leurs clients vers l’aéroport, et de « leur proposer une prolongation de leur hébergement ». Quatre pompiers et un chef de manœuvres sont nécessaires pour le décollage ou l’atterrissage d’un vol long-courrier. Plusieurs pompiers ont été réquisitionnés, mais ils ont déposé des arrêts maladie. Seuls cinq pompiers, sur un effectif total de 32, ne sont pas grévistes. En juin 2010, une grève générale à laquelle avaient participé des pompiers de l’aéroport avait bloqué le départ ou l’arrivée de 4500 passagers.

 

 

Publié par la rédaction avec l'AFP
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *