Grève du 22 mars : Les réactions d’Easyjet et de Ryanair

Transport

L’aviation civile étant concernée par la journée d’action pour la fonction publique du 22 mars, les plannings d’Easyjet et de Ryanair ont, comme pour toutes les autres compagnies, été impacté.

 

 

Suite au mouvement de grève national impactant le contrôle aérien en France du mercredi 21 au soir au vendredi 23 mars 2018 au matin, Easyjet explique que « comme toutes les autres compagnies aériennes opérant en France, Easyjet voit son planning de vol impacté et a dû annuler 104 vols au départ de France sur demande des autorités locales, les aéroports opérant un programme réduit ».

Les passagers affectés par des annulations ont été informés par SMS et e-mail. La compagnie précise faire tout son possible afin de minimiser l’impact et propose des chambres d’hôtel et repas aux passagers affectés par les vols annulés. Ils peuvent également changer leur vol gratuitement ou obtenir un remboursement : « Bien que ces événements soient indépendants de notre volonté, nous nous excusons auprès de l’ensemble de nos clients pour la gêne occasionnée. La sécurité et le bien-être de nos passagers et de nos équipages restent notre priorité numéro un ».

 

De son côté Ryanair explique « regretter de devoir annuler un certain nombre de vols jeudi 22 Mars depuis/vers/passant au-dessus du territoire français ».

 

La compagnie précise que les clients touchés par ces annulations ont été prévenus et informés des différentes options possibles par email et par SMS en fonction des informations de contact renseignées au moment de la réservation et que des annulations supplémentaires sont possibles et des retards à prévoir.

 

Ryanair conseillé aux clients voyageant jeudi de vérifier le statut de leur vol sur le site Ryanair.com avant de se rendre à l’aéroport et a exhorté tous ses clients à signer la pétition « Keep Europe’s Skies Open » de A4E qui sera présentée à la Commission européenne lorsqu’elle comptera un million de signatures.

 

Ryanair explique avoir demandé à plusieurs reprises à la Commission européenne d’introduire trois mesures simples qui allégeraient l’impact de ces grèves fréquentes des contrôleurs aériens pour les citoyens européens :

 

  • Exiger des syndicats des contrôleurs aériens français qu’ils aient recours à un arbitrage exécutoire au lieu de faire grève.

 

  • Permettre à d’autres contrôleurs aériens européens de prendre en charge les opérations de survol dans le ciel français pendant que les syndicats des contrôleurs aériens français sont en grève.

 

  • Exiger que les survols de l’espace aérien français soient protégés (dans le cadre d’une obligation de service minimum) lors de grèves des contrôleurs aériens français.

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *