Grève : Les pilotes d’Air France appelés à cesser le travail pour protéger leurs prérogatives

Transport
Air France grève

L’ensemble des syndicats de pilotes d’Air France (SNPL, Spaf et Alter), appellent les pilotes à cesser le travail le jeudi 11 janvier 2018.

 

Dans un courrier, les syndicats de pilotes rappellent que « pour des raisons de sécurité, le législateur a confié au commandant de bord exécutant un vol, la responsabilité de la mission » et que « le fait de placer ce dernier en dehors de toute hiérarchie au cours de la mission, loin de toute pression managériale pour ses prises de décision, permet aujourd’hui d’assurer au transport aérien un niveau de sécurité sans égal ».

 

Ils expliquent que « le 2 janvier dernier, la direction d’Air France a choisi, de manière inédite, de piétiner cette règle fondamentale, en procédant au “débarquement”, c’est à dire au remplacement contre son gré, de l’un de ses commandants de bord dont la décision, pourtant prise dans le respect des procédures, ne lui convenait pas. Ce commandant, également instructeur, réputé pour ses qualités professionnelles et respecté de tous, refusait pour des raisons de sécurité d’effectuer un vol au départ d’Orly avec une composition équipage dégradée, ne répondant pas pleinement à la réglementation en vigueur et au manuel d’exploitation de la compagnie ».

 

Pour les syndicats, « en agissant de la sorte, la direction d’Air France bafoue les dispositions du Code des Transports et du Code de l’Aviation Civile relatives aux prérogatives des commandants de bord et ce, au détriment de la sécurité des vols, les pilotes d’Air France, ou de toute autre compagnie, ne sauraient accepter d’exercer leur métier sous la pression d’un management qui fait passer les questions de rentabilité loin devant la sécurité des passagers, des membres d’équipage et des aéronefs ».

 

Pour éviter la grève il faudrait que la direction de la compagnie reconnaisse que cette décision n’était pas conforme au respect des prérogatives des commandants de bord, rappelle le périmètre de ces prérogatives à l’ensemble de l’encadrement et modifie « les dispositions litigieuses du manuel d’exploitation AF qui, de par sa rédaction, constitue une source d’interprétations allant à l’encontre des prérogatives légales des commandants de bord en mission ».

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (3)

  1. Air France a des raisons objectives d’aller mal : concurrence descompagnies aériennes low-cost, et des compagnies hyper subventionnées des Emirats.

    Mais elle souffre d’un mal endémique : ses pilotes trop gâtés !

  2. Dans notre étrange et archaïque France toute « élite » se pense intouchable et veille à prolonger le plus longtemps possible « ses privilèges ».
    Nous avons coupé la tête d’un roi et depuis chaque personne se sentant avoir du pouvoir défie l’autre “t’es pas cap de me couper la tête”.
    Et bien sûr le tout avec des postures de “révolutionnaires en col blanc”

  3. Combien de M€ va coûter ce coup de gueule ?
    Qui va le payer in fine ?
    Les clients, ou pire l’état, c’est à dire même ceux qui ne prennent pas l’avion labellisé AF.
    Dans les pays civilisés, les syndicats cherchent avec la direction une conciliation
    c’est à dire mettre d’accord des points de vue opposés.
    Un compromis, c’est à dire promettre avec l’avis de toutes les parties.
    Nous préférons comme les tribus primitive la confrontation et les dégâts collatéraux (sur le dos des autres).

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *